La référence des professionnels
des communications et du design
Dossier
Portraits: cinq professionnels de l'industrie vus par la relève

Nicolas Massey: fougue de lion

Nicolas Massey fonce à cent milles à l’heure avec une soif d’oser l’inconcevable. Provocateur de haut niveau, sa force déstabilisante s’est taillée une place dans l’univers publicitaire. En toute transparence, il relate d’une voix sincère son chemin qu’il a tracé avec aplomb pour bâtir l’homme, le créateur et le directeur d’envergure qu’il est. 

Par Andrée-Anne LAROCHE CHOQUETTE

nicolas massey

VICE-PRÉSIDENT ET DIRECTEUR DE CRÉATION DE PUBLICIS MONTRÉAL

Une drive intense fusionnée à une élégance nonchalante envahit l’espace. Mélange de vigueur et de douceur. Dès son approche, il se révèle enflammé, authentique et sensible à ma présence. Telle une brave bête errant d’un pas assumé, fortement soudé à ses convictions, Nicolas Massey, vice-président et directeur de création de Publicis Montréal, affiche guts et humilité. Personnalité fonceuse douée d’un esprit vif, on devine le bagage chargé d’expériences qu’il traîne derrière lui.  

La provocation de bon goût lui colle à la peau et il en fait sa marque de commerce. Perfectionniste de nature, l’artiste prône la subtilité par le détail en transposant raffinement et richesse dans ses créations pour les rendre à 100% uniques. Expert en la matière, Nicolas finit par amener la publicité à un niveau beaucoup artistique que promotionnelle. Œuvrer pour des marques mondialement reconnues telles Coca-Cola, Ubisoft et L’Oréal lui a rapporté maturité et rigueur. Le travail du téméraire entrepreneur a grandement marqué le paysage publicitaire québécois. On a qu’à se souvenir des campagnes de la brasserie Sleeman, Centraide, les épiceries Metro et plusieurs causes sociétales qu’il a soutenue pour en témoigner.

Récemment, en flirtant avec les extrêmes, Nicolas Massey jongle avec la gastronomie et le sexe pour la campagne Guide Restos Voir 2014. Concept raw, décadent et non conforme, il aborde le corps humain avec humour et surprise. «La bouffe et la sexualité sont les deux seules choses qui alimentent les cinq sens en même temps. Notre relation avec la nourriture est très sexuelle». Résultat final: des parties génitales en forme de pains chauds, viandes fraîches et légumes variés sur fond noir font scandales. Bien que la campagne soit visée, défiée et offensée, il sait au fond de lui qu’il a au moins suscité l’attention de publications telles Fast Company, Le Figaro, L’Express et plusieurs autres références internationales. «Next! J’ai appris à lâcher prise.» La critique ne le détruit plus. Au contraire, elle le stimule à dépasser ses limites. Il a provoqué, mais son air malicieux me confirme qu’il recommencera, croyez-moi. 

«Pour faire de la publicité, j’ai dû apprendre à osciller entre être un héros et un zéros»

«Pour faire de la publicité, j’ai dû apprendre à osciller entre être un héros et un zéros». Mais au bout du compte, l’important est de rester accroché à ses idées et ne jamais lâcher, toujours en gardant de vue le respect et l’intégrité de son prochain. Nageant constamment entre le succès et l’envers de la médaille, il prend des risques, chute rudement, mais se redresse toujours plus solide et audacieux. Fidèle à lui-même, le créateur est d’attaque pour la suite, plus agressif que jamais.  

L’indétrônable.

Andrée-Anne Laroche Choquette est étudiante en première année du baccalauréat en communication-marketing de l’Uqam. Ce texte a été réalisé dans le cadre du cours de Johanie Bernard.

comments powered by Disqus