La référence des professionnels
des communications et du design
Dossier
Pour ou contre la publicité native?

Thoma Daneau: pour

On ne peut haïr une forme de publicité naturelle.

Je suis pour la publicité native, car c’est la forme de pub qui devrait le plus plaire à l’utilisateur dans son parcours sur un site web. D’ailleurs, c’est un concept vieux comme le monde, car je me souviens des «feuillets publicitaires» dans les magazines qui ressemblaient à de vrais articles. On se trouve dans un environnement qu’on aime et l'on voit du contenu censé nous intéresser être affiché comme une publicité par le site qu’on aime. Comment être contre ça?

thoma daneau

stratège numérique de Palm + Havas

Tout le monde parle de l’aveuglement de l’utilisateur face aux bannières web et de l'importance de se démarquer. La publicité native représente, en partie, la réponse à cet enjeu. Alors que les utilisateurs ne regardent plus sur les côtés, on va leur mettre de la publicité dans le corps du texte ou le texte lui-même.

Le seul problème de la publicité native et ce qui fait que certaines personnes pourraient être contre, c’est l’exécution. Comme n'importe quelle autre tendance, quand tout le monde embarque dans le train, quelques personnes en tombent…

Le plus simple exemple pour mieux comprendre la publicité native serait... les médias sociaux. Le contenu en est l’élément central. Vous devez créer du contenu que les consommateurs sont habitués de voir et qui les intéresse pour établir un lien avec ceux-ci. Alors que, au contraire, dans la multitude de contenus proposés, si le vôtre n’intéresse pas le consommateur, il passera par-dessus comme le contenu que ses amis publient.

Comme pour les médias sociaux, plusieurs services doivent être en synergie afin que le tout marche bien. Les services de contenu, de stratégie et d’achats médias doivent être en synergie pour créer un contenu utile à la marque, agréable pour le consommateur et bien positionné pour atteindre l’auditoire. J’oublie sûrement des services selon l'entreprise, mais le message est là.

Il faut voir cela très différemment d’un placement média. C’est peut-être là que les gens sont déçus. Si un gestionnaire confond achats médias payants d’affichage et publicité native, cela créera des frustrations.

Un autre problème, c'est peut-être l’appât du gain des médias, qui mettent de côté leur ligne éditoriale le temps de publier un article payé. L’équipe rédactionnelle doit avoir main mise sur le contenu publié, même si celui-ci est payant. C’est aussi à elle de bien identifier le contenu qui consiste en de la publicité.

Qu’on se le dise, nous ne nous battons pas simplement pour obtenir des clics des visiteurs ou des pages vues. On se bat pour de l’attention de l’utilisateur à notre contenu. Je pense que le concept de publicité native fait profiter aux marques de l’attention du consommateur.

Si l'on respecte le média, il ne devrait pas y avoir autant de haine envers la publicité native.

Thoma Daneau est stratège numérique de Palm + Havas.

Les opinions exprimées dans cette tribune ne sont pas nécessairement celles d’Infopresse.

comments powered by Disqus