La référence des professionnels
des communications et du design
Dossier
Pour ou contre la publicité native?

Nicole Dubé: pour

La publicité native existe depuis toujours.

nicole dubé

directrice du marketing, Producteurs de lait du Québec

Je pense que la publicité native existe depuis toujours, mais ne portait pas de nom. Personnellement, je crois à cette forme d’approche, mais pratiquée intelligemment. Avant tout, respectez l’intelligence du lecteur en ne le bernant point. N’oublions pas que toutes les innovations marketing comportent à la fois des avantages et des inconvénients. À nous d’en évaluer les conséquences.

Respectez l’intelligence du lecteur en ne le bernant point.

Pour notre part, nous utilisons la publicité native notamment pour les fromages d’ici. L’intégration se déroule plus facilement en raison de l’identité du produit, générique, comparativement à une marque commerciale. Nous travaillons à partir du contenu, sans le changer, mais le bonifions en donnant plus d’information au consommateur. Donc, cela enrichit le contenu. 

Nous fournissons des renseignements sur différents attributs (conservation, coupe, grande variété) tout en proposant des recettes, des trucs et des accords qui vont bien avec les fromages d’ici. En nous prêtant à cette approche, nous faisons d'une pierre deux coups, consolidons notre message sur la polyvalence de l’utilisation de notre produit et répondons ainsi à plusieurs interrogations du consommateur.   

Nous continuerons d'employer la publicité native aussi longtemps que ce sera bénéfique pour les deux parties (annonceur et diffuseur) et tant qu’on aura une histoire à raconter.

En terminant, à chaque marque d’évaluer la pertinence de cette approche.

Nicole Dubé est directrice du marketing des Producteurs de lait du Québec.

Les opinions exprimées dans cette tribune ne sont pas nécessairement celles d’Infopresse.

comments powered by Disqus