La référence des professionnels
des communications et du design
Dossier
Les personnalités de l'année 2013

Ody Giroux: inventive

Ody Giroux est devenue présidente de Carat Montréal en février 2013, mais il ne s’agit là que de l’aboutissement d’un grand travail de restructuration et d’innovation mené depuis décembre 2009, moment où celle-ci a accédé au poste de vice-présidente exécutive de l’agence média. 

«Le positionnement de Carat est de réinventer le média. C’est un peu mon histoire. Lorsqu’on m’a confié les rênes de l’agence, j’ai pris un moment pour réfléchir. Nous passons notre vie à réinventer l’image de marque et la façon dont nous faisons le média pour nos clients. Ce travail stratégique, j’ai voulu le faire pour Carat Montréal.»

Ody Giroux, qui œuvre au sein de l’entreprise depuis 22 ans, s’est attelée à la tâche avec l’énergie et le désir d’innovation qui la caractérisent. Rédaction d’un plan d’affaires et actualisation des pratiques, restructuration et embauches (Carat Montréal est passé de 55 à 75 employés en trois ans), coaching et aménagement plus aéré des nouveaux locaux: tout a été mis en oeuvre pour consolider le travail d’équipe et livrer le meilleur produit possible aux clients. D’ailleurs, la quantité de prix remportés depuis les trois dernières années par l’agence témoigne bien de son dynamisme: 22 Prix Médias, dont un concept de l’année et deux prix décernés à la relève, trois prix Sponsorship Marketing Awards dont un Best of show, deux Prix Strat et un Cassies. «Tous ces prix montrent que nous avons du succès sur le plan de l’innovation, estime Ody Giroux. Il s’agit d’une valeur très importante pour moi.»

La dirigeante compte aussi sur la collaboration, l’intégrité, la performance et le savoir pour consolider les assises de l’entreprise qu’elle dirige: «Notre mission d’entreprise est de nous distinguer des autres agences. Mais j’ai une mission personnelle aussi, qui est de garder notre savoir, notre intelligence de marché et nos investissements québécois à l’intérieur des frontières de notre province. C’est important pour notre économie – le Québec doit garder et même augmenter sa part dans un Canada fort.»

comments powered by Disqus