La référence des professionnels
des communications et du design
Dossier
Les personnalités de l'année 2013

Lucie Rémillard: se lancer

Dix-huit mois: c’est tout le temps dont disposait Lucie Rémillard, vice-présidente marketing d’Aliments Ultima pour inventer, présenter et mettre en marché un tout nouveau produit avec son équipe. Iögo, avec un portefeuille de produits décliné en sept gammes, a été lancé en grande pompe en août 2012, obtenant un succès remarquable dès les premières semaines de son entrée sur le marché. 

«Nous partions d’une page blanche à tous points de vue et la pérennité de l’entreprise était en jeu.» En effet, Aliments Ultima avait depuis 40 ans un contrat de franchise avec Yoplait, dont le renouvellement était incertain. C’est la raison pour laquelle, en décembre 2010, le président et chef de la direction, Gerry Doutre, a demandé à un comité restreint de préparer le lancement d’une nouvelle marque, tout en poursuivant les négociations avec Yoplait. «Tout le développement de la marque a été fait sous haute confidentialité. Nous ne savions pas, jusqu’en mai 2012, si le lancement aurait lieu.» Incertitude, échéancier serré: c’est dans ces conditions que Lucie Rémillard a mis ce grand projet en branle avec la mission d’investir le marché avec un tout nouveau yogourt, moderne et au goût du jour.

Soixante millions de dollars ont été investis en recherche, création et mise en marché; plus de 4 000 consommateurs ont été interrogés afin de valider la marque, son positionnement, la gamme de produits, l’emballage, la communication et même la publicité. «Nous avons fait de la recherche consommateur à chacune des étapes. Je coordonnais tous les groupes pour m’assurer qu’ils travaillaient en synergie. Il ne suffisait pas de lancer un nouveau produit; il fallait réussir à obtenir une acceptation instantanée à la fois du client (le détaillant alimentaire) et du consommateur.»

Les plus récents chiffres semblent rendre justice aux efforts de l’équipe: en juin 2013, moins d’un an après le lancement, le taux de notoriété de Iögo atteignait 77 %. «Pour réussir dans un marché aussi compétitif, il faut avoir tout bon: un bon nom, un bon packaging, un bon lancement. Nous sommes fi ers du travail accompli. Les standards seront élevés pour la suite des choses!» 

comments powered by Disqus