La référence des professionnels
des communications et du design

Marcel arrive chez Publicis

Le Groupe Publicis vient de dévoiler la version bêta de Marcel, sa nouvelle plateforme d'intelligence artificielle. Cette technologie promet de «créer des ponts» entre les 80 000 employés du groupe, afin de faire «tomber les frontières entre les talents et les opportunités».

Il y a 12 mois, Groupe Publicis annonçait «un moratoire de 365 jours sur [ses] investissements promotionnels dans les festivals et prix créatifs» afin de financer la mystérieuse plateforme interne d'intelligence artificielle Marcel. Un an plus tard, Arthur Sadoun, président et directeur général du Groupe Publicis, l'a présentée lors d'un événement à Paris auquel Rachelle Claveau, présidente de Publicis Montréal, a assisté.

«Marcel, c'est la technologie qui rejoint le concept The power of one, à savoir la vision établie pour le Groupe Publicis dans son ensemble, explique-t-elle. Cette vision, c'est de faire en sorte que toutes les expertises et agences du Groupe Publicis soient intégrées afin de servir nos clients. Ce que Marcel fait, c'est concrétiser tout ça.»

«Marcel, c'est la technologie qui rejoint le concept The power of one, à savoir la vision établie pour le Groupe Publicis dans son ensemble.»

Prenant la forme d'une application agissant comme un assistant vocal, Marcel, nommée en hommage au fondateur du groupe, Marcel Bleustein-Blanchet, a le mandat d'accompagner les employés du Groupe Publicis au jour le jour en leur proposant des solutions à leurs problématiques. En 2020, quand l'outil sera généralisé auprès de 90% des employés du groupe, chaque collaborateur sera invité à se créer un profil unique, détaillant son expertise, les comptes auxquels il a contribué et livrant son avis sur les meilleures pratiques autour d'un sujet donné.

rachelle claveau

présidente de publicis montréal

«Ça s'applique aussi d'un point de vue créatif, précise Rachelle Claveau, alors que les employés pourront aussi y présenter leurs portfolios. Ensuite, Marcel va conjuguer toute cette information afin de mettre en relation l’expert du Groupe le plus approprié à chaque problématique.» Et grâce à un accès au calendrier des employés, Marcel pourra «briefer» automatiquement chacun d’eux et même les faire participer de manière ponctuelle à différents mandats, peu importe où la personne se trouve sur la planète.

«Marcel permettra aussi d'assembler des équipes bâties sur mesure, en pigeant dans le bassin des 80 000 employés du Groupe, pour répondre aux besoins spécifiques de nos clients, ajoute Rachelle Claveau En bref, Marcel est là pour effacer et faire tomber les frontières les talents et les possibilités.»

Des avantages pour tout le monde

«[AVEC MARCEL], ÇA DEVIENT UN PROCESSUS DE CRÉATION GLOBAL, DUQUEL ON PEUT PRENDRE LES DIFFÉRENTES IDÉES ENVOYÉES, puis LES PRÉSENTER À NOS CLIENTS.»

En offrant à chacun des 80 000 collaborateurs du Groupe Publicis l'occasion de développer son autonomie et ses compétences dans des projets internationaux, Marcel se veut une plateforme complètement collaborative. Cet esprit collaboratif est d'ailleurs imbriqué dans son ADN – ou plutôt dans son code –, alors que plusieurs agences du groupe ont participé à son développement, comme Publicis.Sapient (en partenariat avec Microsoft) ou encore BBH, pour le développement de l’identité de marque.

«À terme, je pourrais, chez Publicis Montréal, décider d'utiliser Marcel pour briefer des équipes de création partout sur la planète et voir ensuite si d'autres personnes provenant d'autres cultures vont proposer une approche différente. Ça devient un processus de création global, duquel on peut prendre les différentes idées envoyées, puis les présenter à nos clients.»

Mais si le partage des connaissances est central à l'offre de Marcel, pas question de voir là un risque pour l'expertise propre à chaque bureau, assure Rachelle Claveau. D'autant plus qu'il sera possible de mettre ses disponibilités en sourdine sur Marcel lorsque l'horaire se resserre, de sorte que l'appel collaboratif de la plateforme n'empiète pas systématique sur le travail au quotidien de chacun.

«Je pense que chaque succursale va continuer d’avoir son expertise en fonction de son histoire. D'ailleurs, chaque marque du Groupe Publicis a son propre héritage, historique et portefeuille de clients spécifiques. Par exemple, nous, à Montréal, comptons sur une expertise en détail et nous sommes fréquemment amenés à contribuer à des présentations aux États-Unis en raison de cette expertise. Dans le fond, Marcel ne fera qu'amplifier le bassin de talents auxquels nous avons accès.»

«C'est l'avantage de faire partie d'un réseau, et avec Marcel, la proposition de ce réseau devient concrète.»

Pour un annonceur, c'est aussi dire que la relation au quotidien entre lui et son agence demeurera fondatementalement semblable.

«Le gros avantage pour nos clients, c'est qu'ils n'achèteront plus uniquement l'expertise des 150 employés de Publicis Montréal, mais aussi celle des 80 000 employés du Groupe, conclut Rachelle Claveau. Des milliers de personnes seront au service de leurs affaires. Les solutions évoluent tellement vite, dans le marché d'aujourd'hui, que d'accéder en temps réel à de l'expertise et à des cas pas nécessairement situés au Québec leur apportera plus de possibilités. C'est l'avantage de faire partie d'un réseau, et avec Marcel, la proposition de ce réseau devient concrète.»