La référence des professionnels
des communications et du design

Les règles publicitaires sont fortement appréciées au Canada

Presque tous les Canadiens (96%) estiment important que des règles encadrent les pratiques publicitaires, et 56% des adultes au pays n'ont aucun intérêt à acheter un produit recommandé par un influenceur, selon un nouveau rapport des Normes de la publicité.

Le rapport Consumer perspectives on advertising se penche sur l'importance de la réglementation en publicité au pays, la notoriété des règles existantes et l'intérêt des Canadiens envers différentes formes de publicité, comme le marketing d'influence.

Ainsi, 78% des Canadiens estiment «très important» que des règles encadrent la pratique publicitaire, en hausse de 10 points par rapport à 2017 (68%). En ajoutant ceux qui considèrent la réglementation «assez importante», la proportion de personnes favorables aux normes publicitaires atteint 96% au Canada. Seulement 2% des adultes au pays n'y voient aucune importance.

De plus, 82% des Canadiens se disent déjà au courant que des règles encadrent la publicité au pays, en hausse de 13% par rapport à l'année dernière (69%).

Ce faisant, 77% des Canadiens s'estiment favorables à la publicité, et 62% des adultes au pays considèrent la publicité comme «utile» et apte à les aider dans leur processus d'achat.

Toutefois, l'opinion des Canadiens envers l'acceptabilité des publicités varie d'un média à l'autre.

Alors que 74% des Canadiens trouvent acceptables la publicité dans les journaux, seulement 10% des adultes au pays ont le même constat envers celles de type fenêtres intempestives «pop up».

Parmi les autres publicités fortement acceptées, on retrouve celle de format radio (68%), en affichage (67%), dans les magazines (67%) et à la télévision (65%). Quant à celles faisant le moins l'unanimité, on note les publicités dans les réseaux sociaux (21%) et les appareils mobiles (21%).

Finalement, le rapport révèle que 56% des Canadiens n'ont jamais acheté un produit après sa promotion par un influenceur et qu'ils ne comptent jamais le faire. Au pays, 23% des adultes ont déjà acheté un produit endossé par un influenceur: 17% indiquent qu'ils sont prêts à le faire de nouveau, et 6% préfèrent ne pas répéter l'expérience.

En se penchant exclusivement sur les milléniaux, les chiffres dépeignent un portait différent. Ainsi, la proportion de milléniaux qui n'ont pas d'intérêt envers la recommandation d'un influenceur descend à 41%, et celle des milléniaux ayant déjà acheté un produit endossé par un influenceur monte à 35% (28% sont prêts à le faire de nouveau, et 7% préfèrent ne pas répéter l'expérience).

Les résultats complets de l'étude, traduite en français, seront bientôt offerts sur le site web des Normes de la publicité.