La référence des professionnels
des communications et du design

Move, une agence pour positionner les artistes du mouvement

Afin de représenter les talents en arts du mouvement, la chorégraphe et réalisatrice Élisabeth Desbiens fonde Move Agence Artistique. Une occasion pour l’industrie publicitaire de travailler avec des visages et des corps différents.
 

Élisabeth Desbiens

move agence artistique

Alors que Montréal comporte un énorme bassin d’artistes du mouvement, «le pont avec les maisons de production ne se fait que très rarement», explique la fondatrice Élisabeth Desbiens. Pourtant, la prestance, l’interprétation complète et la posture étudiées des danseurs sont des atouts appréciables pour la caméra. 

Élisabeth Desbiens a étudié en danse et en cinéma. Entre réalisation, production et chorégraphie, elle constate une sous-représentation des danseurs dans les agences de casting, malgré leur sollicitation par l’industrie du cinéma et de la publicité. «Alors que la métropole regorge de danseurs, les agences continuent d’aller puiser dans le bassin torontois. Je veux mettre les danseurs montréalais sur la carte.» L’offre est ciblée, mais la demande existe bel et bien. 

Ainsi, avec son réseau bien fourni dans le milieu de la danse et des médias, elle s’affaire depuis plusieurs années à créer une conversation entre les deux milieux. En plus du travail de liaison, elle veut permettre la rencontre entre les artisans de la danse et l’écran du public général. 

Élisabeth Desbiens a d'ailleurs réalisé une publicité pour les masques lumineux de la société Outline Montréal l'automne dernier, mettant en scène Anna Sementchouk, Abdel Madini et Brittney Canda, faisant tous trois partie de l'agence Move. 

En contactant les artisans potentiels de Move, Élisabeth Desbiens n’a essuyé aucun refus. Force est donc d’admettre qu’il y a «un manque flagrant de représentation pour les artistes du mouvement à Montréal», puisque l’agence englobe déjà une trentaine d’artistes multidisciplinaires, aux styles, visages et talents diversifiés. 

Chorégraphes, danseurs, acrobates et circassiens, principalement de 20 à 35 ans, forment ce nouveau regroupement ayant «sa place dans l’écologie artistique et culturelle montréalaise, qui se démarquera vite par la qualité du soutien offert aux artistes», indique Élisabeth Desbiens. L'agence vise, à court terme, à devenir la première référence pour tout ce qui touche à la danse dans les productions télévisuelles, publicitaires, événementielles et cinématographiques. «Il existe actuellement deux agences spécialisées dans le domaine à Montréal», rappelle la fondatrice. 

Brontë Poiré-prest

jerry pigeon

Élisabeth Desbiens accompagnera aussi ses artistes sur des productions moins conventionnelles, où l'accent sera mis sur une énergie palpable à l’écran, afin de donner un second souffle au milieu. L'artiste Brontë Poiré-Prest, par exemple, est apparue dans plusieurs réalisations nécessitant des mouvements précis, mais pas nécessairement des chorégraphies complexes. La campagne du fabricant de chaussures Native, réalisée par John Londoño, démontre notamment tout le savoir-faire d'un danseur devant la caméra. 

 

En couverture: Miranda Chan, par Irwin Chan