La référence des professionnels
des communications et du design

Un site de vestes pare-balles pour enfants dans l’œil de Sann Sava

Infopresse fait appel à des créatifs de l’industrie pour commenter et analyser des campagnes internationales qui ont suscité l’intérêt. Cette semaine, Sann Sava, directrice de création exécutive de DDB Canada, se penche sur un site web qui permet l'achat de vestes pare-balles pour enfants... dans un but de sensibilisation.

On met la table 

Cette campagne s'articule autour d'un site web qui permet l'achat de vestes pare-balles pour enfants... avant de se transformer en message caché faisant la promotion du contrôle des armes à feu aux États-Unis, en proposant de «tweeter» directement au sénateur de son État.

Voyons ce qu'en pense Sann Sava

Qu’on l’aime ou qu’on ne l’aime pas, cette initiative a le mérite de ne pas passer inaperçue et c’est ce qui fait sa force. De jeunes enfants souriants qui portent des vestes pare-balles, ça marque.

Au premier coup d’œil, on se fait prendre. On constate le prix exorbitant des différentes vestes, puis on lit les caractéristiques. La plus petite veste joue des berceuses pour calmer l’enfant, la moyenne brille dans le noir et celle pour adolescent est dotée de haut-parleurs Bluetooth. Les trois modèles sont remplacés gratuitement si une attaque par balles survient moins de deux mois après l’achat. Dès qu’on clique pour en acheter une ou qu’on reste plus de 20 secondes sur la page, on découvre qu’heureusement, on s’est fait piéger. Une fenêtre apparaît, puis un message explique que les enfants n’ont pas besoin de vestes pare-balles, mais plutôt d’électeurs qui poussent leur sénateur à agir. 

Je pense qu’il ne faut pas voir cette offensive avec nos «yeux de Québécois», car elle ne s’adresse pas à nous. Maman de deux enfants, je n’ai jamais entendu un parent évoquer sa peur d’une attaque armée dans son école et jamais un enseignant n’a été armé. Des sacs d’école pare-balles me semblent un concept aberrant. Pourtant, après le massacre de Parkland, une entreprise vendant des sacs d’écoliers pare-balles a vu ses ventes augmenter de 30%. C’est la preuve que les parents américains cherchent tous les moyens pour sauver la vie de leur enfant et c’est exactement ce que le site veut faire. Il cherche à démontrer que le meilleur moyen de protéger les enfants, ce n’est pas d’acheter des protections en tout genre, mais bien d’agir pour forcer le gouvernement à changer la loi. C’est la seule façon efficace de vraiment les protéger.

Une telle opération s’inscrit dans le mouvement pour un plus grand contrôle des armes à feu aux États-Unis où, depuis 2000, il y a eu plus de 130 fusillades dans des écoles. Elle est certes moins bouleversante que le témoignage d’Emma Gonzales, l’étudiante rescapée des tirs à Parkland, mais ça demeure efficace. C’est une manière différente d’aborder le même problème et de tenter d’y apporter une solution. Et dans le fond, c’est ça l’essentiel, non? Quand le sujet est si important, peu importe comment on arrive à convaincre les gens, l’important c’est qu’on y arrive, fausse pub ou pas.

---

Les opinions exprimées dans cette tribune ne sont pas nécessairement celles d’Infopresse.