La référence des professionnels
des communications et du design

La controverse de Fckd up et la responsabilité des publicitaires

À la chronique Bêtes de pub cette semaine, Arnaud Granata et Marie-Claude Ducas reviennent sur la controverse autour de la boisson Fckd up et la responsabilité des publicitaires. 

La boisson Fckd up suscite la controverse
À la suite de la mort d’Athéna Gervais, une adolescente de 14 ans qui aurait consommé des boissons Fuckdp avant d’être retrouvée sans vie dans un ruisseau à Laval, le groupe Geloso a annoncé l’arrêt de la production de la boisson en plus de retirer ses produits des tablettes et toutes les publicités qui y étaient associées. Le 25 février dernier, Éduc'alcool dénonçait d’ailleurs la nouvelle campagne de la boisson alcoolisée, alors que des panneaux d'affichage faisant sa promotion avaient été installés près d'écoles secondaires. 

«En publicité et en marketing, on ne veut pas être celui qui va brandir le spectre de la censure.» - Marie-Claude Ducas

Lors de la chronique Bêtes de pub, Marie-Claude Ducas a rappelé que la campagne publicitaire de la boisson à 11% d’alcool dévoilée à l’automne 2017 vantait ses attributs aux jeunes. À l’époque, on pouvait lire sur le site web de Fckd up: «Mettre du guarana dans un nectar de raisin à 11,9%, c'est comme booster son char sport avec de la nitro. Si tu veux passer de zéro à party en quelques gorgées, bois le mauve.» Le groupe de rap Les Anticipateurs avait aussi dévoilé un vidéoclip et une chanson écrite sur mesure pour lancer les produits de la marque. Marie-Claude Ducas a rappelé la responsabilité de l’industrie publicitaire face aux campagnes destinées aux jeunes. «En publicité et en marketing, on ne veut pas être celui qui va brandir le spectre de la censure. On ne veut pas être celui qui va reculer devant une plainte d’un consommateur.» Cela expliquerait, selon elle, pourquoi l'on n’a pas dénoncé la publicité plus tôt.  

Dans le cas de Fckd up, l’auteure et journaliste doute que l’annonceur visait réellement les 18-25 ans en utilisant des codes de communication qu’on réserve habituellement aux publicités destinées aux adolescents. L’encadrement juridique en publicité est quasi-inexistant à l’ère d’internet, selon la chroniqueuse.

arnaud granata

infopresse

 

Arnaud Granata, éditeur d’Infopresse, a soulevé le fait qu’une telle campagne, où l’on voit des jeunes boire et où des allusions sexuelles se retrouvent aux côtés de références enfantines, n’aurait jamais pu être diffusée à la radio ou à la télé. Les chroniqueurs ont d’ailleurs soulevé le manque d’encadrement juridique à cet égard.

Dans le cadre de la chronique Bêtes de pub du 8 mars, Arnaud Granata et Marie-Claude Ducas ont aussi abordé une nouvelle campagne d’IGA réalisée par Sid Lee, le tournoi d’équité poker présenté par le groupe Femmes en créa et le nouveau réseau social Vero. Retrouvez l’intégralité de la chronique Bêtes de pub, diffusée le jeudi à l’émission Médium large de Radio-Canada Première.