La référence des professionnels
des communications et du design

Soundchick SFX: une nouvelle plateforme sonore québécoise

Mélanie Gauthier, alias Soundchick, lance un répertoire de sons pour l’industrie de la publicité, du cinéma, du jeu vidéo et des arts numériques, sur les marchés local et international. 

La bibliothèque numérique compte plus de 1000 heures d’écoute, soit près de 7300 fichiers vendus principalement à l’unité. Le répertoire offre des trames sonores de trois à cinq minutes comparativement au format de quelques secondes qu’on retrouve communément sur le marché.

Mélanie Gauthier a commencé sa carrière à l’Office national du film en tant que consultante à la transition du montage film au montage numérique. Son parcours a ensuite dévié vers le montage et la prise de son pour des documentaires et des projets de fiction. Ces mandats l'ont amenée à voyager dans le monde, où elle a consacré son temps libre à enregistrer des sons originaux. «J’ai toujours voulu enrichir les projets auxquels je travaillais», explique l’instigatrice de la plateforme. Soundchick est d’ailleurs un surnom duquel Mélanie Gauthier a hérité lors d’un projet de tournage.

La genèse du projet
Dans un contexte de tournage, le temps manque souvent pour la prise de sons originaux, souligne Mélanie Gauthier: «Les réalisateurs s’en remettent souvent aux banques existantes.» Capter le bruit d’un animal sauvage en mouvement ou celui d’un environnement sonore propre à un lieu peut s'avérer laborieux. Au fil du temps, Mélanie Gauthier fait de la prise de son d’ambiance une obsession. «C’est sûr qu’il existe des banques commerciales, mais à un moment, l'on a fait le tour. Et elles ne répertorient pas les sons de tous les lieux dans le monde.»

C’est la raison pour laquelle depuis près de 20 ans, la preneuse de son et monteuse a accumulé plus de 20 000 séquences sonores, surtout de longue durée. Soundchick SFX utilise un moteur de recherche qui s’apparente à celui de Google et qui permet de retrouver des fichiers par mot clé. «Je ne lance pas cette plateforme pour faire concurrence aux quatre ou cinq autres plateformes semblables dans le monde, mais plutôt afin d’offrir quelque chose de différent.»