La référence des professionnels
des communications et du design

50 ans de Télé-Québec: une campagne actuelle pour ne pas tomber dans la nostalgie

Télé-Québec célébrait son 50e anniversaire le 22 février dernier. Retour sur une campagne institutionnelle de contenu avec Nicole Tardif et Claude Frigon, respectivement directrice des communications et directeur de création de la chaîne. 

«Ce qui est particulier avec un 50e anniversaire, c’est que c’est vieux, mais jeune à la fois. Ceux qui ont façonné la chaîne sont donc encore vivants», lance Nicole Tardif, directrice des communications de Télé-Québec, qui a commencé à mijoter l’idée de la campagne il a quelques années. «On a revisité notre passé, mais avec les artistes et artisans actuellement à l’antenne.»

«Tous les Québécois possèdent une expérience avec Télé-Québec. Tous les Québécois sont Télé-Québécois.»

L'opération a misé juste. Le 22 février dernier, Télé-Québec figurait parmi les stations de radios et télé les plus citées par les quotidiens et les sites web d’information du Québec, tout juste sous Radio-Canada et TVA, avec une cote de 7,11%.

«Tous les Québécois sont Télé-Québécois»

«Il y a deux ans, l'on a amorcé une réflexion sur l’identité globale de Télé-Québec», explique Claude Frigon, directeur de création de la boîte. Le slogan L’autre télévision, lancé en 1979, alors que la société d'État portait toujours le nom de Radio-Québec, a donc été abandonné. C'est seulement en 1996 que l'appellation Télé-Québec a été instaurée. «Nous ne sommes plus simplement un diffuseur, mais bien un média à part entière, à la fois culturel et éducatif. Nous avons toujours offert une programmation audacieuse, différente de ce qui se fait ailleurs, et nous en sommes fiers.»

Une vaste sélection d’archives témoignant de la place de la jeunesse, des débats, de la créativité, du volet éducatif et de la portée des émissions de services dans la vie des Québécois, ont été encapsulées et placées sur une ligne du temps. Personnalités et artisans ont ainsi pu se revendiquer «Télé-Québécois et fier de l’être». «Tous les Québécois possèdent une expérience avec Télé-Québec. Tous les Québécois sont Télé-Québécois», ajoute Claude Frigon.

Patrick Lagacé est Télé-Québécois depuis La minute (et quart!) à Gérard, Marie-Soleil Michon depuis Le club des 100 watts, Stéphane Bellavance depuis Passe-Partout et Adib Alkhalidey, depuis Cornemuse. Pas moins de 80 employés de la chaîne, incluant 51 personnalités, ont témoigné de leurs souvenirs et de l’apport du média, sous le thème Fier depuis. «Les personnalités ont dévoilé depuis quand elles sont devenues des Télé-Québécois, en misant sur les émissions plutôt que la temporalité. La campagne rappelle ce qui a réellement accroché le public en 50 ans de programmation», soutient Nicole Tardif. Elle laisse donc place aux plus jeunes, actuellement dans le paysage télé-québécois, mais aussi aux Janette Bertrand, Claire Lamarche ou Daniel Pinard, qui ont façonné l’histoire de la station.

Une télévision «assumée»

«À l’heure où tout le monde cherche son créneau, Télé-Québec est toujours demeuré un diffuseur francophone, éducatif et culturel, qui s’adresse à tous les Québécois», rappelle Nicole Tardif. L’offre du média a évolué dans cette même lignée: servir les jeunes et les adultes plus scolarisés, avec une télévision sérieuse et assumée, «qui ose parfois se casser la gueule». «Nous n’évoluons pas dans un environnement formaté où tout est décidé d’avance. Nous aimons prendre des risques, autant dans la programmation que dans l’autopromotion.»

«On a revisité notre passé, mais avec les artistes et artisans ACTUELLEMENT à l’antenne.»

Nicole Tardif et Claude Frigon estiment que le plus grand défi publicitaire actuel pour un diffuseur public comme Télé-Québec, est d’aller atteindre son «coeur de cible», composé de parents de 24-55 ans, et de leurs enfants de moins de 12 ans. «La multiplication des canaux modifie énormément notre manière de travailler. On est capable de mieux cibler, mais nous devons aussi interpeller le public sur davantage de plateformes.»

 

En couverture: Adib Alkhalidey est fier d'être Télé-Québécois depuis Cornemuse.