La référence des professionnels
des communications et du design

Ces vidéos YouTube qui migrent sur YouPorn

À la chronique Bêtes de pub cette semaine, Arnaud Granata, éditeur d’Infopresse, et Stéphane Mailhiot, vice-président, stratégie, de Havas Montréal, discutent de la migration des contenus extrêmes de YouTube vers YouPorn et PornHub.

La plateforme YouTube, propriété de Google, est couramment pointée du doigt pour les contenus extrêmes qu'on y retrouve, très peu triés par l'équipe de curation du réseau, explique Arnaud Granata. 

arnaud granata

infopresse

De nombreuses organisations dénoncent aujourd'hui cette situation, exigeant de YouTube et de Google qu'ils effectuent un nettoyage et une meilleure sélection des contenus qu'on peut y retrouver. Pensons à des vidéos inquiétantes qui prennent la forme de tutoriels sur le nettoyage et l'assemblage d'armes à feu.

Ces types de contenus sont d'ailleurs particulièrement populaires sur YouTube, alors qu'une simple recherche «Comment construire une arme» génère 25 millions de résultats sur la plateforme de vidéos, illustre Arnaud Granata.

À la suite de la tuerie de Parkland, en Floride, le sujet est devenu sensible aux États-Unis, où le mouvement March for our lives bat son plein. YouTube a donc pris les devants, une façon de gérer son image de marque prévient Arnaud Granata, puis a commencé le nettoyage des contenus qu'elle héberge. Les annonceurs du monde entier ont aussi commencé à exiger que YouTube devienne un espace plus sécuritaire pour les marques, qui craignent de plus en plus de voir leurs publicités apparaître aux côtés de contenus offensants, renchérit Stéphane Mailhot.

stéphane mailhiot

havas montréal

Plusieurs chaînes de télévision en ligne, comme InRangeTV, ont ainsi été expulsées, et se recherchent maintenant un nouveau canal de diffusion. Un nombre grandissant se sont tournées vers la plateforme YouPorn, une plateforme de contenus pornographiques, qui propose des mesures beaucoup moins strictes.

Pour Arnaud Granata, YouTube semble ainsi agir comme si elle gérait une crise de communication plutôt que de se soucier réellement de la disparition des vidéos extrêmes, qui migrent ailleurs aussitôt qu'elles sont expulsées. Stéphane Mailhot y voit quant à lui le début de la «désintégration de l'économie de plateforme» pour YouTube, au sens où la plateforme constate peu à peu qu'elle ne peut héberger tous types de contenus et doit s'assurer d'être «assez propre pour plaire à la majorité des utilisateurs».

Aussi au programme cette semaine: le placement de produit de Cracker Jack, regard sur deux campagnes originales pour la prévention du suicide et discussion autour de l'ouverture d'un «café joyeux»» à Paris.

Retrouvez l’intégralité de la chronique «Bêtes de pub», diffusée le jeudi à l’émission Médium large de Radio-Canada Première.