La référence des professionnels
des communications et du design

Actualité médiatique: que savoir cette semaine

L'actualité média des derniers jours en rattrapage.

Facebook, cible de plusieurs critiques, dégringole en Bourse

L’action de Facebook a chuté d’environ 6,8%, lundi à Wall Street. Cette dégringolade résulte des révélations sur l'utilisation des données personnelles de millions d'utilisateurs par Cambridge Analytica, une société britannique liée à la campagne de Donald Trump. Spécialisée dans la communication stratégique, l’entreprise aurait récupéré sans leur consentement les données de 50 millions d'utilisateurs pour élaborer un logiciel permettant de prédire et d'influencer le vote des électeurs. Les États-Unis, le Canada et la Commission européenne exigent des enquêtes autour de ces affirmations divulguées par le journal américain The New York Times et le quotidien anglais The Observer. Une commission parlementaire britannique a par ailleurs convoqué mardi le patron de Facebook, Mark Zuckerberg.

Les tensions accrues au sommet de l’entreprise et des différends internes sur la façon de gérer le tollé général entraîneraient le départ imminent d’Alex Stamos, chef de la sécurité de l’information de Facebook, selon The New York Times.

Pour combattre les fausses nouvelles, YouTube fait appel à Wikipédia

YouTube fera appel à Wikipédia pour réduire la désinformation et les théories du complot qui pullulent sur sa plateforme, a annoncé la directrice générale de l’entreprise, Susan Wojcicki, il y a quelques jours à South by Southwest.

Ainsi, YouTube affichera sous peu des extraits de l’encyclopédie sur les pages dont le contenu fait la promotion de théories du complot. Le grand spécialiste de la vidéo est souvent accusé de favoriser la propagation de fausses informations et de contenus extrêmes ou violents. Par ailleurs, Wikimédia (responsable de la gestion de Wikipédia) dit n'avoir reçu aucune information de Google à propos des plans de YouTube. Certains employés de cette encyclopédie virtuelle ont exprimé leurs inquiétudes. Ils estiment que ce géant du web – dont les revenus annuels avoisinent 100 milliards$ – «devrait consacrer leurs propres ressources financières au problème et non profiter d’une ressource sans but lucratif».

Facebook ferme la page d’un mouvement d'extrême droite

Facebook a indiqué dans un communiqué avoir fermé la page du mouvement Britain First ainsi que celle de ces deux leaders, Jayda Fransen et Paul Goldingnon. La plateforme se dit ouverte à toutes les idées, même politiques, mais ces dernières «doivent être exprimées sans haine».

Twitter s’inspire de Snapchat

Twitter songe à créer un nouvel onglet consacré à l'agrégation de contenus vidéo et photos sur des événements précis, rapporte CNBC. Il s’agit de la même fonction qu'on retrouve dans la section «Discover» de Snapchat, laquelle s'est révélée populaire auprès des annonceurs. Les entreprises pourront soutenir des événements ou placer des annonces entre des photos et des vidéos en temps réel sur Twitter. Twitter se joindrait alors au milieu très concurrentiel des applications d'échanges de contenus visuels, dominé à ce jour par Instagram et Snapchat.

Un combat contre AT&T, Time Warner et l'avenir de la télévision

Le Département de la Justice américaine tentera la semaine prochaine de bloquer la fusion de 85 millards$ d'AT & T et de Time Warner. Si elle se réalise, elle créerait un géant des médias qui combinerait les réseaux de distribution mobile et satellite d'AT&T avec la collection énorme de films et d'émissions de télévision populaires de Time Warner, dont Game of Thrones, à HBO, les nouvelles de CNN et le basketball collégial et professionnel à TNT. La question au cœur du procès: cette union serait-elle favorable ou non aux consommateurs? «Cela pourrait orienter la voie d'avenir de l'industrie», a déclaré Steven Salop, professeur d'économie et de droit à la faculté de droit de l'Université de Georgetown. «Si cela est permis, l'intégration verticale continuera.»