La référence des professionnels
des communications et du design

Apollo Music Store lance une nouvelle application web

La plateforme en ligne Apollo Music Store, une boutique de Mile Inn, propulse une nouvelle application web pour faciliter l’accès à la musique et gérer l’octroi de licences d’utilisation de façon automatisée.

Créée en 2013, la plateforme Apollo Music Store oeuvre dans une dizaine de pays et s'est fait connaître en facilitant l’accès des producteurs de contenu de marques à la musique d’ici et d’ailleurs. L’entreprise octroie des licences d’utilisation de musique et mise sur les artistes. Cinq ans, plus tard, elle se renouvelle pour offrir une application plus simple et plus efficace.

Philippe-Aubert Messier

apollo Music store

«Les gens n’ont plus le temps d’attendre», précise Philippe-Aubert Messier, président d’Apollo Music Store. «La pression est grande pour concevoir et produire de plus en plus de pièces de contenu.»

Une nouvelle interface axée sur la découverte

Si la plateforme était déjà conçue pour permettre l'acquisition de licences, l'interface, elle, n'avait pas été pensée au départ pour la découverte.

«On se faisait souvent dire par nos fans qu'ils écoutaient notre musique au bureau, comme liste de lecture, explique-t-il. La plateforme n'était pas conçue pour ça. On a donc voulu la modifier pour en faire un outil de consommation et de découvertes musicales.»

Parmi les améliorations, on note une fonction de recherche de paroles de musique plus raffinée. «Nous avons réussi à isoler les thèmes des chansons, soutient Philippe-Aubert Messier. Si on cherchait le mot Friend, on pouvait obtenir 200 pièces musicales avec ce mot, mais est-ce que ça signifiait que le thème de la chanson était l’amitié? Pas nécessairement. C'est pourquoi nous avons voulu raffiner notre moteur de recherche par thème.»

Autres améliorations efficaces, mais d'arrière-scène

Apollo Music Store propose aussi un nouvel algorithme de détermination de prix. Il s'agit en effet d'un des principaux défis de ce type de service: arriver à déterminer rapidement un prix pour une utilisation bien précise. «Pour une publicité web de 90 sec. en Australie qui sera diffusée pendant 9 semaines, est-ce plus cher que 8 semaines ou ça change rien?», donne en exemple Philippe-Aubert Messier. L'algorithme est beaucoup plus sophistiqué, et pour l'utilisateur, cela se traduit par un prix qui correspond à celui du marché.

Parmi les paramètres qui influencent les prix, notons le média de diffusion, le territoire où la musique sera exploitée, la durée de la licence et la notoriété de l'artiste. Cette dernière est déterminée en étroite collaboration avec les artistes et les maisons de disque.

Toute l'infrastructure technologique a aussi été rebâtie de fond en comble. Andrew Pak, directeur de la technologie, en explique la vision: «En plus de faciliter la création d’expériences riches, cela permettra aux composantes de l’application d’évoluer et de grandir avec nous, car on ne veut pas se limiter aux contenus de marque.»

Un contenu musical préautorisé plus riche

Pour la première fois, une sélection de chansons cultes telles que Pretty Woman de Roy Orbison, New York, New York de Frank Sinatra, Over the Rainbow de Judy Garland, Fred Astaire, Elvis Presley ou Harry Belafonte seront offertes de façon prélibérée. «Normalement, ces titres sont contrôlés de très près et le producteur de contenu de marque peut mettre beaucoup de temps à trouver les ayants droit», souligne le fondateur. Selon lui, l'entreprise a réussi à effectuer tout ce travail de préautorisation en amont parce qu'elle se concentre sur un seul marché, soit le contenu de marque alors que d'autres d'adressent à plusieurs marchés de la production en même temps et doivent donc obtenir plus d'autorisations.

andrew pak

apollo music store

Outre ces titres connus mondialement, la musique canadienne ne sera pas en reste, avec la présence d’artistes tels que Dear Criminals, Le Couleur, Valaire, Robotaki, CRi, Beat Market, Van, Human Human, Busty and the Bass, The Posterz, Surface of Atlantic, The Franklin Electric, Fjord, Das Mörtal, Automat, Caracol, Still Life Still, Golden Youth, The Darcys, etc.

«Je crois qu’on nous fait confiance avec ces titres avant tout à cause du respect avec lequel on traite les oeuvres. On n’essaie pas de brader la culture à rabais, précise Philippe-Aubert Messier. On tente simplement de la mettre entre les mains des bonnes personnes, de la bonne façon. Je crois que nos partenaires comprennent ça.»

Pour Apollo Music Store, le défi dans un environnement aussi concurrentiel réside dans le développement en continu. «On ne peut par s'arrêter pour regarder le spectacle: avec les technologies qui évoluent sans cesse, et la musique qui se renouvelle tout le temps, on n'a jamais fini le développement, conclut-il. Ce qui est pertinent un jour, ne l'est plus nécessairement le mois suivant. Il faut demeurer à l'affût des tendances.»

 

Design de produit: Simon Chevalier-Racine
Direction de la technologie: Andrew Pak
Direction musicale: Greg Lozoff
Présidence: Philippe-Aubert Messier