La référence des professionnels
des communications et du design

Apple achète le service de magazines Texture

Le pont entre les entreprises technologiques et le journalisme continue de se rétrécir avec l'achat du service de magazines numériques Texture par Apple

Lancé en 2010, le service surnommé le «Netflix des magazines» offre un accès illimité aux versions numériques de plus de 200 publications, moyennant un paiement mensuel d'une dizaine de dollars. Forbes, Time, The New Yorker, Mother Jones et Bon appétit font notamment partie du lot offert par l'application. 

Texture appartient actuellement à Next Issue Media, soutenue par les éditeurs de magazines Conde Nast, Hearst, Meredith, News Corp, Rogers Communications et Time Inc. Le montant de l'acquisition n'a pas été révélé. 

Selon la Presse canadienne, Rogers, un des plus grands éditeurs de magazines du Canada, dont 34 sont accessibles par l'entremise de Texture, prévoit «qu'environ quatre employés à temps plein seront touchés par le changement de propriétaire, puisque le service sera déménagé dans les locaux d'Apple». 

Texture avait attiré l’attention d’Apple en 2016, quand l'application a obtenu une place dans le palmarès Best of de l’équipe éditoriale d'App Store. Dans un entretien lors du festival South by Southwest, Eddy Cue, vice-président, responsable des services et des contenus d'Apple, a confirmé que Texture sera directement intégré à l'application Apple News, lancée en 2015, qui permet déjà aux utilisateurs d'appareils iPhone et iPad de consulter les articles des médias partenaires. 

L'entreprise technologique s'est engagée à offrir un journalisme de qualité, provenant de sources fiables. Avec la montée des fausses nouvelles et le changement d'algorithme de Facebook, privilégiant les messages des amis et de la famille plutôt que le contenu des organes de presse et entreprises, l'arrivée d'Apple sur le marché de l'information pourrait ébranler certains joueurs. Selon les chiffres compilés par Fast Company, le temps moyen passé par utilisateur sur Facebook serait en rapide perte de vitesse depuis quelques mois. En décembre dernier, les utilisateurs auraient passé 24% moins de temps sur le site.