La référence des professionnels
des communications et du design

Les 4 premiers jours de SXSW en 5 mots clés

Voici cinq mots clés tirés des propos des professionnels de l'industrie recueillis par l'A2C et Infopresse pour les quatre premiers jours de l'événement SXSW

Authenticité

«La conférence qui m’a le plus marqué est celle d'Emily Wengertt, vice-présidente, expérience utilisateur, de Huge (The Reinvention of Stores: Innovate to Survive at Fairmont Congressional A), sur la vente au détail et son avenir. Je la cite: "Retail isn't dead, but boring retail is". En fait, il faut utiliser la technologie pour créer une vraie expérience dans les magasins, pour bâtir un contact et une relation avec les consommateurs. Cela m’amène à un autre thème que j’ai retrouvé dans plusieurs conférences: l’authenticité. Il faut être vrai, authentique, pour entrer en communication avec les gens. Et cela s’applique dans toutes sortes d’industries. Peu importe le type d’activation qu’on veut faire. Après quelques jours, j’ai appris comment utiliser la technologie de manière friendly, authentique et vraie.» – Samia Chebeir, présidente de FCB Montréal

Action

«L’empathie et l’authenticité sont des valeurs clés qui reviennent une fois de plus cette année. Cela passe par l’écoute, mais également par l’action qui s'en suit. Les gens ne portent plus attention à la publicité, mais à la culture. Il est donc important de passer à l'action et de créer des moments marquants qui influenceront notre culture. Et de les soutenir par une cause qui reflète les valeurs de la marque afin que celle-ci adapte son comportement en conséquence. Le message qui en résulte doit refléter cette prise de position bien au-delà d’une campagne. Et il doit être soutenu par l’ensemble de l’entreprise pour ne pas être perçu comme opportuniste.» – Pierre-Luc Paiement, directeur général de KBS Montréal

Pertinence

«J’ai assisté à une super conférence de Daniel Pink sur l’intelligence artificielle et qui montre qu'enfin, l'on a des outils qui vont nous permettre de prendre plein de données qu'on ne connectait pas ensemble pour pousser des contenus hyperciblés et pertinents. J’ai vu la même conférence que Samia Chebeir, et j’ai aussi retenu l’authenticité, la pertinence et être orienté sur le consommateur» – Pierre Labadie, stratège numérique de Cri agence

«Fournir le bon contenu, au bon moment, sur les bonnes plateformes: en résumé, il faut écouter les utilisateurs. Aujourd'hui, c’est plus facile d’aller chercher des données pour être plus pertinent, mais il y a une forme de tension: est-ce éthique d’inciter les utilisateurs avec ces techniques? J’ai assisté à une conférence super intéressante de Brian Solis: il affirme que les applications sociales ont été réalisées avec des mécaniques de jeu, et le concept de Like avec des mécaniques de machine à sous. On s’aperçoit que ce n’est pas très éthique. Donc, on se demande comment employer ces données pour l’utilisateur afin qu'elles soient pertinentes pour celui-ci plutôt qu'utilisées afin de le truquer.» – Marie-Nathalie Poirier, directrice de la stratégie de FCB Montréal

Valeur

«J’ai assisté à beaucoup de conférences de Facebook (dont une avec Andrew Keller) et le message est clair: il faut sensibiliser les marques et annonceurs pour qu'ils valorisent les interactions avec les utilisateurs de la plateforme. Dans les prochaines années, je pense qu’ils valoriseront les groupes sur Facebook et s'attarderont à comment les marques peuvent comprendre les groupes de consommateurs, puis s'insérer dans leurs conversations plutôt que de leur passer de la publicité.» – Arthur Rollet, stratège de Havas

Expérience globale

«C’est ma deuxième édition et j’ai pu voir que cela a évolué, comment ça s’est transformé. L’année dernière, on parlait d’expérience de marque, de marque, de numérique, mais ce n’était pas vraiment connecté. Aujourd’hui, le constat est clair, défini et établi. Je suis allé voir beaucoup de conférences de Huge, un des chefs de file mondiaux (au chapitre des agences). Le message communiqué est une expérience de marque globale. On ne parle plus d’agence. C’est de la communication. C’est le numérique. Ça ne parle plus d’écosystème numérique (le mot est dépassé). J’ai assisté à une conférence qui m’a beaucoup inspiré: celle d'Emily Wengertt. Elle parlait de réalité augmentée, de campagne de publicité, d’écosystème numérique, mais elle en parlait de manière complètement connectée: comme expérience globale de marque. Il faut s’inspirer de cela ici, au Québec et au Canada, de l’expérience globale.» – Nicolas Baldovini, directeur de création, expérience numérique, de Lg2

«Ce qui est plaisant à SXSW, c’est d’apprendre ce que tu peux apporter à des marques au chapitre de l’interaction, de l’expérience. Comment être capable de faire vivre la marque à quelqu’un, mais physiquement, pas juste en le regardant, pas seulement avec de la bonne musique, pas uniquement avec du contenu… Je pense que c’est ça, l'avenir de la production, et que SXSW nous permet de voir où l'on se situe, puis de nous mettre à niveau.» – Andres Norambuena, coprésident de BLVD