La référence des professionnels
des communications et du design

Nouvelle collaboration entre Les beaux jours et Simons

Une histoire qui a commencé sur une fausse note donne lieu à une nouvelle vitrine pour des créatrices d'ici. 

Le laboratoire de création Les beaux jours, piloté par le studio de design et de contenu Couleur Vive, a récemment conclu une entente pour la vente de chandails Véronique Grenier X Les beaux jours dans les magasins Simons

Véronique Grenier et Vanessa Duval avaient constaté que les deux mots «linge mou», dont elles revendiquaient l’emploi depuis deux ans, avaient été utilisés, par le détaillant québécois.

Dans une publication diffusée sur Facebook, Véronique Grenier a fait le point sur une situation qui s’est réglée en moins de deux semaines. «L’indignation et l’incompréhension de départ ont rapidement fait place à un apaisement, puisque Simons nous a joint (sic) sans attendre afin de dissiper le malentendu et d’harmoniser la situation. À la suite de pourparlers avec nos avocats respectifs, il a été convenu que Simons n’utilisera plus, à l’avenir, l’appellation "Linge mou" sur des vêtements. De plus, et cela témoigne de la sincérité de cette compagnie lorsqu’elle dit valoriser ce qui se fait au Québec, vous pourrez tout bientôt vous procurer des chandails Véronique Grenier X Les beaux jours dans un Simons près de chez-vous.»

Rémi Bourget, avocat en litige civil et commercial qui a travaillé au dossier, explique les motifs d’un dénouement comme celui-ci: «Ce qui est intéressant dans cette situation, c’est que des avocats sont intervenus, mais, ultimement, tout le monde a été de bonne foi et s'est parlé afin de trouver une solution.»

Les créateurs se sentent parfois mal outillés face à des impairs de la sorte. Cependant, Rémi Bourget souligne qu'il est possible de défendre la propriété d'une marque, même si elle n'est pas enregistrée. «Enregistrer une marque de commerce permet plus facilement d’en revendiquer sa propriété. Cependant, si un créateur ou un commerçant est capable de prouver son utilisation dans un certain délai et de façon continue, il est possible de démontrer que sa propriété lui revient.»

Véronique Grenier a d'ailleurs témoigné de l'importance d'oser le dialogue dans de pareilles situations: «La bonne foi et l’humilité ont rendu le dialogue beaucoup plus évident, comme quoi, se soulever pour défendre une idée et ouvrir un dialogue est crucial en tant que créateurs – et qu’une discussion bien intentionnée peut donner lieu à une conclusion positive.»

Photo en couverture: Joëlle Paquette