La référence des professionnels
des communications et du design

La bière sans alcool, un créneau à exploiter

Le temps des Fêtes à peine terminé, le Défi 28 jours sans alcool à peine entamé, brasseurs et microbrasseurs y voient l’occasion de combler un creux dans le marché canadien de la bière. Pour la santé ou pour contrer l'excès, le sans alcool s’adresse aussi aux friands de houblon. 

Alors que le marché de la bière sans alcool est déjà mature en Europe, la Heineken 0.0, commercialisée dans une vingtaine de pays, est offerte en bouteille et en canette depuis peu au Canada. «Il y a actuellement un espace vide dans le marché, note Jessica Vieira Teixeira, directrice des relations publiques de Molson Coors. Les options offertes aux consommateurs sont assez restreintes.»

Même son de cloche pour Michael Jean, brasseur et propriétaire de BockAle, à Drummondville, première microbrasserie à commercialiser une bière artisanale sans alcool. L'IPA Découverte #0.3172-A, est proposée en canette depuis juillet 2017, dans environ 1500 points de vente au Québec. Sauf une poignée d’établissements offrant un produit malté pour consommation sur place, notamment La poule de la brasserie artisanale Le bien, le Malt, à Rimouski, le brasseur est «persuadé» que la bière sans alcool haut de gamme demeure un créneau sous-exploité, comparable au phénomène de la bière sans gluten.

En plus de combler un trou dans la marché, La Découverte #0.3172-A constituait une manière de se distinguer «des centaines de produits de qualité sur les tablettes». «C’est facile de produire une bonne bière artisanale pour une microbrasserie. Mais avec IPA, l'on ouvrait un marché presque inexistant», ajoute Michael Jean.

Au Canada, pour qu’une bière soit étiquetée «sans alcool», elle doit posséder une teneur inférieure à 0.5%. «On remarque que plus le volume de consommation descend plus les bières sont fortes en alcool, explique Michael Jean. Une bière sans alcool peut ainsi augmenter les ventes des tenanciers. Plutôt que de passer au verre d’eau en fin de soirée, le client optera pour le houblon.»

L'ascension du «sans alcool»

«Il y a sur le marché de la bière sans alcool une forte croissance pas prête de s’essouffler, considérant l’engouement général pour un mode de vie sain et équilibré, soutient Jessica Vieira Teixeira. Nous sommes dans une ère de choix. Et l’idée derrière une bière sans alcool est justement d’offrir cette option aux consommateurs.»

Le sans alcool ne s’adresse donc plus uniquement aux femmes enceintes. Les conducteurs désignés, les sportifs, les gens soucieux de réduire leur consommation ou qui aiment simplement le goût de la bière sans les effets apprécieront le produit. Selon Michael Jean, la croissance estimée du marché de la bière sans alcool par les spécialistes brassicoles, frôle 20% en cinq ans.  

Le pari de Michael Jean s’est avéré concluant, et l’accueil très positif. En un an à peine, La Découverte #0.3172-A absorbe de 30% à 45% des ventes totales de l’entreprise. «Maintenant qu’on a démarré la vague, on sent qu'une petite compétition s’installe tranquillement. Mais on quand même mieux créer la vague que de la surfer».