La référence des professionnels
des communications et du design

Grafika 2018: le design au cœur de l'actualité

Entre politique, agitation et distinction, l'industrie du design a vécu une année mouvementée, qui démontre toute la portée sociale de la discipline. 

Le design politique

Le design a eu un goût politique au cours de la dernière année, amer pour certains, doux pour d'autres.

Sommet mondial du design

Si, en 2006 Montréal, a été nommée ville Unesco de design, un peu plus de 10 ans après, la métropole a «réaffirmé» son engagement envers la discipline par le Sommet mondial du design, en octobre dernier. Avec l'objectif de «provoquer le changement», l'initiative a réuni une cinquantaine d'organisations internationales qui ont entériné la Première déclaration mondiale du design à l'issue du sommet, puis rédigé un plan d’action de 10 ans pour faire face aux futurs défis mondiaux. 

Logo solidaire

Afin de marquer une nouvelle phase d’évolution, le parti Québec solidaire a mis à jour son identité visuelle. La formation a alors soumis publiquement trois projets de logos, «en oubliant que ce qui marche en politique n’est pas toujours applicable en création», selon le graphiste et directeur artistique Olivier Bruel. Puisque la population a scandé un «non» ferme aux trois premières propositions, la quatrième a été retenue par la formation: un logo qui «satisfait tout le monde, mais n’enthousiasme personne». 

Controverse littéraire

Avec la multiplication de ses plateformes, Radio-Canada a voulu se doter d'une police de caractère distinctive assurant une lisibilité optimale à chaque point de contact. La société d'État a alors mandaté, en novembre dernier, le designer montréalais Charles Daoud, pour en assurer l'élaboration. Si plusieurs ont crié au scandale, jugeant les dépenses abusives et irréfléchies pour une société d'État, la communauté du design s'est quant à elle portée à la défense de Radio-Canada. Benoît Giguère, président de la Société des designers graphiques du Québec, a jugé que cette «décision éclairée lui permettra de renforcer son identité visuelle, mais aussi de mieux gérer les coûts d’exploitation de ses besoins en typographie auxquels elle ne pouvait échapper». 

Un astre s'éteint

Tout récemment, le Québec apprenait qu'un de ses emblèmes allait perdre de son éclat. Le coucher de soleil de la carte d’assurance maladie, imaginé par Cossette en 1970, a été affadi au profit d'un amalgame graphique des plus «médiocres», selon le designer graphique Jean-François Proulx, une grande perte pour le «patrimoine visuel» québécois, donc. «Notre carte d’assurance maladie est si familière que la majorité d’entre nous ne réalise pas qu’elle constitue le témoin d’un idéal social qui définit le Québec depuis plus de 40 ans», soutient-il dans un billet d'opinion publié par le quotidien montréalais Le Devoir. 

Mouvements de l'industrie

Nikolaos Lerakis dirigeait depuis 2010 Beau, un studio de direction artistique et de design graphique qu'il avait cofondé après ses études en design graphique à l’Uqam. En août dernier, Havas Montréal a accueilli le nouveau vice-président, design, et son équipe, dans les bureaux de l'agence au centre-ville de Montréal. «Une évolution naturelle» pour Nikolaos Lerakis, qui dirige désormais le studio de design, de branding et d'architecture de l'agence, la Maison W. Jusque-là, Havas comptait sur des directeurs artistiques à l’interne pour ses projets en design. Maintenant, elle détient toute l'expertise nécessaire à une offre de services intégrée. 

L'automne dernier, Infopresse a accueilli un joueur dans son équipe. Le magazine spécialisé en design d'intérieur Index-Design, créé en 2006 et présidé par Bruno Gautier, s'est ajouté au groupe. «S'inscrivant dans la continuité logique de ses activités», selon Arnaud Granata, cette acquisition permettra de complémenter son offre dans le secteur du design, en plus de créer un pont avec les communautés d’affaires des communications-marketing.» 

Briller, ailleurs

Joanne Lefebvre, présidente et cofondatrice de Paprika, a siégé au sein du jury Design du concours ADC Annual. Les délibérations de la 96e édition de cet événement qui récompense le meilleur en publicité de partout se sont tenues aux Bermudes en mars dernier. Elle était la seule représentante canadienne parmi les 14 juges provenant de Tokyo, New York, Austin, Berlin, Cancún, Londres, Sidney, Amsterdam et Oslo. En plus de cette distinction, elle a été sacrée l'une des personnalités de l'année Infopresse, lors de la rentrée 2017. Celle qui envisage «chaque mandat, chaque invitation à collaborer à un projet comme un défi, une occasion d’aller plus loin», continue de cultiver sa devise professionnelle: «Making a life, not only a living!»

Lg2 est repartie avec la statuette d'argent dans la catégorie Design du 64e Festival international de la créativité de Cannes, pour Give-a-care de Rethink Breast Cancer, laquelle lui avait aussi valu un Lion de bronze dans la catégorie Health & Wellness. Les honneurs ne s'arrêtent pas là pour l'agence. Alors que plusieurs agences québécoises ont été primées par le groupe Advertising & Design Club of Canada (ADCC), Lg2 figurait en tête du classement avec six médailles d’or, 10 d’argent et le titre de studio de design de l'année, avec le grand prix Scarlet Letter. Pour sa 68e édition, l'organisation, qui récompense le milieu de la publicité, du design graphique, de contenu et de livre, de l'expérientiel, en plus du volet interactif, a également salué le travail de Bleublancrouge et de Rethink. 

Marie-Élaine Benoît a aussi fait un saut à Cannes pour la 64e édition du Festival. Elle a siégé à la table de jury Design du prestigieux concours, une première pour la directrice de création de Sid Lee. Rappelons qu'en 2016, Claude Auchu, président du conseil et chef du design de Lg2 à Montréal, avait été membre du jury pour la catégorie. 

Les célébrations de Grafika 2018 auront lieu le 8 février prochain au Monument National, à Montréal. Consultez le site web du concours pour plus de détails. 

 

En couverture: Baillat a récolté le Grand Prix Grafika 2017 pour l'identité visuelle de Red Bull Music Academy Montréal 2016.