La référence des professionnels
des communications et du design

L'actualité économique en rattrapage

Infopresse sélectionne les nouvelles économiques de la dernière semaine qui influencent l'industrie des communications et du marketing. 

Moins d'entreprises au Québec

Le nombre d'entreprises diminuerait constamment au Québec depuis 2011, tandis qu'il continue de progresser dans le reste du Canada, apprenait-on dans le quotidien La Presse, selon une étude réalisée par le Service du développement économique de la Ville de Montréal. Alors que le Québec comptait 23% de toutes les entreprises privées au pays en 2001, cette proportion s'est établie à 19% en 2015. Marc Duhamel, professeur de l'Université du Québec à Trois-Rivières et chercheur de l'Institut national de recherche sur les PME, note que «le peu de fibre entrepreneuriale des Québécois tient à plusieurs facteurs qui font que la création d'entreprises est perçue comme plus risquée au Québec: le niveau de taxation, la réglementation ou le taux de syndicalisation, pour n'en nommer que quelques-uns».

Des dirigeants satisfaits

Malgré les menaces pesant sur l’Alena, l’optimisme des chefs de direction canadiens atteindrait un niveau record, explique le journal montréalais Le Devoir, selon les résultats canadiens d'une enquête mondiale de PricewaterhouseCoopers. Les nouveaux accords commerciaux avec l’Europe et l’Asie auraient un «effet rassurant» sur les chefs de direction canadiens, puisqu'un taux inégalé de 88% sont «optimistes quant aux perspectives de croissance du chiffre d’affaires de leur entreprise, et 72% d’entre eux estiment que la croissance économique mondiale s’améliorera au cours des 12 prochains mois». 

Des annonces de Québec

* Alors qu'Ottawa annonçait le 15 février dernier que le cannabis ne sera pas légal avant août, la Société des alcools du Québec (Saq) a annoncé qu'elle traiterait avec six producteurs de cannabis, dont cinq établis à l'extérieur de nos frontières, pour lui approvisionner les 62 000 kilos nécessaires pendant la première année de la légalisation, apprenait la Presse canadienne. C'est cependant la société gatinoise Hydropothicaire qui a obtenu la plus grande part du gâteau, avec une entente «d'au moins 20 000 kilos». Les conditions financières ainsi que les critères du processus de sélection n'ont toutefois pas été dévoilés. 

* Hydro-Québec pourrait imposer des tarifs plus élevés aux exploitants de cryptomonnaie, selon La Presse canadienne. La société d’État soutient que «plus de 100 exploitants ont exprimé un intérêt pour s’établir au Québec afin de tirer profit des bas prix de l’électricité dans la province». Ces entreprises sont toutefois de grandes consommatrices d’électricité. «Les surplus de production d’électricité pourraient disparaître si Hydro-Québec donnait son aval à toutes les requêtes.» L’accès à une énergie à faible coût est essentiel pour ces exploitants, car «plus élevé est le nombre d’ordinateurs utilisés, plus grandes sont les chances de prospecter des bitcoins.»

* Frank and Oak a conclu une ronde de financement de 20 millions$ menée par la Caisse de dépôt et placement du Québec. Ce financement comprend des fonds d'investisseurs institutionnels et privés, dont Goodwater Capital et Investissement Québec, rapporte le site Montréal in Technology. L'entreprise montréalaise fondée en 2012 vise à accélérer le développement de son expérience numérique pour mieux soutenir sa croissance dans le monde, en intégrant l'intelligence artificielle dans son expérience de magasinage, notamment. 

Des annonces d'Ottawa 

* Le ministre fédéral des Finances, Bill Morneau, présentera le plus récent budget du gouvernement fédéral le 27 février prochain, «alors que le Canada fait face à une certaine incertitude sur les questions du commerce et de la compétitivité». Alors que les ministres des Finances consultent couramment des économistes lors du processus d'élaboration du budget, certains estiment que les améliorations de l'économie canadienne à la fin de 2017 donneront une plus grande marge de manoeuvre à Bill Morneau pour son budget. 

* Le ministre de l'Innovation, des Sciences et du Développement économique, Navdeep Bains, a dévoilé le 15 février un financement qui pourrait atteindre 950 millions$, partagé entre cinq supergrappes technologiques d'ici 2022, dont une au Québec. Ainsi, Ottawa a retenu le projet de développement des chaînes d'approvisionnement intelligentes soumis par le consortium Scale.AI de Montréal. Le projet est piloté par la firme québécoise Groupe Optel, avec le soutien de plus de 80 partenaires, dont HEC Montréal, qui révèle que cette supergrappe recevra un financement de 230 millions$, selon le quotidien montréalais Le Devoir. Cette initiative vise «à regrouper des entreprises de différentes tailles, des établissements universitaires et des organisations sans but lucratif afin de générer des idées novatrices et créatrices d’emplois».

Le commerce en ligne 

* Apres le secteur alimentaire, avec l'achat de la chaîne de supermarchés biologiques Whole Foods, Amazon se lance dans la santé, en raison de l'explosion de ses coûts aux États-Unis. Une telle initiative inquiète le secteur de la santé, certains analystes estimant qu'Amazon pourrait vouloir vendre des médicaments sur ordonnance. Selon le quotidien Wall Street Journal, le groupe de Jeff Bezos, qui vend déjà des médicaments sans ordonnance, souhaiterait aussi devenir fournisseur de matériel médical pour les hôpitaux.

* Afin d'aider les commerces ayant pignon sur rue, les États-Unis souhaitent taxer les achats en ligne, pouvait-on lire dans Les Affaires. Le président américain compte permettre aux États intéressés d'imposer et de collecter les taxes locales sur les achats en ligne. Tout comme au Canada, les États-Unis considèrent cette exemption de taxes comme un avantage injustifié.