La référence des professionnels
des communications et du design

La santé mentale en agence: au-delà de la sensibilisation

Si la journée Bell cause pour la cause visait d’abord à créer un Canada sans préjugés en matière de santé mentale, l’initiative laisse un héritage beaucoup plus grand que l’effritement des tabous. Toujours plus conscientisée, l’industrie travaille davantage en amont de la problématique. 

Selon les données récoltées par le Bénévolat d’entraide aux communicateurs (Bec), qui offre une variété de services de soutien psychologique aux professionnels de l’industrie publicitaire, notamment par une ligne téléphonique accessible jour et nuit, un collègue sur 10 est affecté par la maladie mentale et une personne sur 20 manquera plus de 10 jours de travail.

Annie Chaumont

touché!

Depuis 2016, les appels téléphoniques liés à la santé mentale ont bondi de 51% au centre d’aide du Bec. Et dans la dernière année, les demandes strictement liées à l’anxiété ont doublé. Annie Chaumont, directrice des ressources humaines de Touché!, remarque une augmentation accrue du stress en entreprise. «C’est véritablement le mal du siècle», dit-elle. Course contre la montre, hyperconnexion, anxiété de performance... en raison de l’intangibilité de l’industrie créative et de la pression constante de «produire», les agences détiennent le plus au taux de détresse psychologique, avec 36% des appels répertoriés.

La sensibilisation accrue aux problèmes de santé mentale grâce aux initiatives comme Bell cause pour la cause, lancée en 2011, et les mesures mises en place en agence afin de réduire la stigmatisation et briser l’isolement font sans doute partie des raisons de l’accroissement du volume d’appels, selon le Bec.

annick désy

sid lee

«Nos préoccupations relatives à la santé mentale ont beaucoup évolué ces dernières années, explique Annick Désy, vice-présidente des ressources humaines et des communications internes de Sid Lee. En se concentrant sur les variables qu’on peut contrôler dans un milieu stressant comme celui de l’industrie publicitaire, on a cherché à imbriquer des mesures à même le travail, plutôt que de focaliser sur les activités en marge.»

Travailler en amont

Touché! a son Programme bonheur, Sid Lee mise sur la flexibilité, Lg2 a récemment intégré une directrice, culture et talents, afin de préserver l'équilibre psychologique dans la culture d’entreprise. Alors qu’aujourd’hui plus de 86% des Canadiens se déclarent plus sensibilisés aux questions de santé mentale qu’ils ne l’étaient il y a quelques années, les entreprises publicitaires mettent en place des initiatives davantage en lien avec la définition actuelle de la maladie mentale, selon Annick Désy.

Issu de nombreuses demandes des employés, le Programme bonheur de Touché, forme, renseigne et accompagne employés et gestionnaires sur les questions ou problèmes entourant la santé physique et psychologique, en plus d’organiser plusieurs activités sociales et sportives. Annie Chaumont balaie le vieil adage qui stipule qu’un employé doit laisser ses problèmes à la maison, et adopte une vision «en poupée russe». «Une personne est la même dans toutes les dimensions de sa vie. Elle traînera son problème à la maison, comme au travail. La dualité personnel et professionnel n’existe pas.»

Les préoccupations relatives à la santé mentale ont beaucoup évolué ces dernières années. 

Il y environ deux ans, Sid Lee a effectué un virage selon les recommandations de ses employés et de l’industrie, et notamment en encourageant une proximité avec les services du Bec. «Nous avons décidé de miser sur la flexibilité, tant au chapitre du télétravail que des horaires et des congés», soutient Annick Désy. Ainsi, les congés de maladie ont été redéfinis en congés de santé «tout court». «Nous sommes plus que conscients de la réalité de nos employés et qu’il n’y a pas qu'un seul modèle de travail efficace.»

Depuis l’implantation de la politique, Annie Chaumont constate une augmentation de la courbe d’apprentissage, une réduction de taux d’absentéisme et un taux de roulement en deçà du marché et des standards de l’industrie.

mélanie plante

lg2

«Avoir une vie à l’extérieur, pour avoir des idées à l’intérieur», c’est avec cette vision qu’il y a un peu plus de six mois, Mélanie Plante s'est jointe à l’équipe de Lg2, à titre de directrice, culture et talents. Dans un souci «d’intégrer l’humain» au cœur des décisions et de la culture d’entreprise, et pour changer les composantes de l’industrie, Mélanie Plante compte bien former et sensibiliser les gestionnaires afin de mieux les outiller à détecter la détresse de leurs employés. «Le monde du travail est lié à notre vie. La santé mentale est une préoccupation d’équipe, qui vient affecter l’ensemble de la cellule créative en agence. Maintenant que les tabous se brisent, il faut travailler en amont, collectivement.»

ANNIE CHAUMONT ADOPTE UNE VISION EN «POUPÉE RUSSE», expliquant que La dualité personnel et professionnel n’existe pas. 

«Les angoisses d’un jeune en début de carrière et celles de celui bientôt retraité ne sont pas les mêmes, soutient-elle. Chaque génération subit des stress différents qu’on ne peut comparer.» Le Bec rapporte que les 30-39 ans (38,1%) et les plus de 50 ans (25,8%) sont les deux groupes démographiques les plus touchés par la maladie mentale, en raison de la difficile conciliation travail-famille et de l’âgisme ambiant dans le milieu publicitaire.

L’édition 2018 de la journée Bell Cause pour la cause, orchestrée par Lg2, se tiendra le 31 janvier prochain, partout au pays. L’initiative qui a d’abord démocratisé la maladie mentale avec des personnalités publiques, mise davantage sur les témoignages citoyens, cette année. «C’est la preuve que les choses changent», conclut Mélanie Plante. 

 

* Dans le cadre de Bell Cause pour la cause et pour aider à briser le silence sur la maladie mentale, Infopresse, en collaboration avec le Bec, publiera dans la semaine du 29 janvier certains témoignages de professionnels en communications-marketing touchés par la maladie mentale.
Vous pouvez faire parvenir vos histoires à bec@nabs.org.