La référence des professionnels
des communications et du design

Comment «hacker» le fil de nouvelles de Facebook

Quelques ruses et un peu d’astuce peuvent aider à survivre à la mise à jour de l’algorithme de Facebook. Le growth hacker Ambroise Debret partage quelques idées.

La nouvelle mise à jour de l’algorithme de Facebook a de quoi tourmenter le sommeil de bien des gestionnaires de pages sur le réseau social, qui verront progressivement leur portée diminuer davantage. Rappelons que Facebook a décidé de prioriser l’affichage de contenus publiés par les amis et la famille d’un utilisateur, ce que Mark Zuckerberg estime être la raison d’être du réseau social. 

AMbroise debret

Blogueur, growth hacker et

organisateur de mtl+ecommerce

Résultat: la portée des pages de marques et de médias en prendra pour son rhume. Le blogueur, growth hacker et organisateur de Mtl+ecommerce Ambroise Debret partage quelques trucs pour tenter de déjouer l’algorithme.

1. Ne pas mettre tous ses œufs dans le même panier

«Les changements seront très difficiles pour les marques qui n’utilisent que Facebook. Ça peut paraître acquis, mais il faut absolument exploiter d’autres canaux. Une liste de courriels, en 2018, c’est de l’or. C’est la seule façon d'atteindre ses publics à coup sûr.»

2. Interagir

«Facebook veut que les pages interagissent avec les utilisateurs. Commenter et interagir avec les gens pour susciter de l’engagement est toujours une bonne idée. Ça encourage les utilisateurs à commenter, à répondre et à interagir avec les pages.»

3. La stratégie «comment-to-Messenger»

«Il est désormais possible de paramétrer un robot conversationnel qui envoie automatiquement un message à un utilisateur publiant un commentaire sur une page par Facebook Messenger. C’est un très bon moyen d’ouvrir un canal de communication avec un internaute, mais aussi de le convertir vers d’autres canaux [en lui offrant de s’inscrire à une infolettre, par exemple].»

4. Groupes Facebook

«En matière de growth hacking, beaucoup de choses se passent dans les groupes Facebook. Certains comptent jusqu’à 30 000 personnes, et lorsqu’on gère une page, c’est un moyen efficace de garder ses fans accessibles. En plus, quand une contribution est faite à un groupe, l’utilisateur reçoit une notification.»

5. Autres options

«Facebook tient à garder ses utilisateurs sur sa plateforme le plus longtemps possible. Un lien qui sort de Facebook est toujours pénalisé. On peut donc expérimenter avec Facebook Instant Articles, avec les vidéos hébergées directement sur la plateforme ainsi qu’avec Facebook Live.»

Et pour conclure, pourquoi ne pas s'inspirer d'Harvard Business Review