La référence des professionnels
des communications et du design

Compte rendu de la politique culturelle du gouvernement fédéral

Après des mois de consultation, la ministre du Patrimoine canadien, Mélanie Joly, a dévoilé la vision culturelle canadienne du gouvernement Trudeau. Voici les grandes lignes de cette réorientation «pour un Canada créatif». 

Promouvoir la découverte et la distribution du contenu canadien à l’échelle nationale et internationale:

  • Afin de mieux composer avec les services étrangers qui pénètrent le marché canadien, la création de Netflix Canada est au menu. La présence permanente de la plateforme au pays sera assurée pour la production cinématographique et télévisuelle de contenu canadien. Netflix a convenu d’investir au moins 500 millions$ pendant cinq ans en contenu canadien, dans les deux langues officielles.  
  • Netflix prévoit investir 25 millions$ de plus pour la production de contenu strictement francophone.
  • Le gouvernement veut aussi renforcer la présence culturelle canadienne à l’international, avec un investissement de 125 millions$ pendant cinq ans en soutien à la première stratégie d’exportation pour les industries créatives, et 35 millions$ pendant deux ans afin d'établir des diplomaties pour l’industrie créative à l’étranger.
  • Tel que promis par Chrystia Freeland, ministre des Affaires étrangères, la ministre du Patrimoine fera de l’exception culturelle une priorité dans les négociations sur l’Accord de libre-échange nord-américain  (Alena).  

Investir dans nos créateurs et leurs récits:

  • Le gouvernement Trudeau compense lui-même la diminution du financement par les distributeurs télé au Fonds des médias du Canada. Dès 2018, il prévoit accroître sa contribution avec un budget de 349 millions$ pour 2017-2018. Il entend favoriser la production de contenu au moment de la phase d’incubation de l’idée, avec un Fonds de démarrage des projets créatifs.
  • La ministre avait promis de revoir les lois sur les télécommunications et sur le droit d’auteur. Elle est cependant restée vague sur le sujet. Une lettre à l’intention d’Ian Scott, président du Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC), a été envoyée, le priant de revoir la loi sur la radiodiffusion et sur les télécommunications, après 30 ans. Un rapport devrait être produit au cours des prochains mois.
  • Afin de protéger la propriété intellectuelle, un examen parlementaire de la loi sur le droit d’auteur et une réforme de la commission du droit d’auteur afin, notamment, de payer plus vite les artistes est également au programme.
  • Le gouvernement prévoit investir 300 millions$ supplémentaires dans le but de regarnir le Fonds du Canada pour les espaces culturels, qui contribue à améliorer les conditions matérielles favorisant la créativité et l’innovation artistiques.
  • On investira aussi 1,26 milliard$ de fonds publics dans le Fonds stratégique pour l’innovation pour les secteurs industriels et technologiques.

Renforcer la radiodiffusion publique et soutenir les nouvelles locales:

  • «Il faut centrer l’aide sur l’innovation, l’expérimentation et la transition vers le numérique», a rappelé la ministre. Facebook s’associera donc à Ryerson Digital Media Zone et à l’école de journalisme de l'Université Ryerson pour créer le premier incubateur d’information numérique du Canada.  

Aucune mesure officielle n'a été prise afin de soutenir les médias écrits. Plusieurs dirigeants d'entreprises de presse écrite avaient pourtant demandé une aide financière au gouvernement fédéral. Le directeur du quotidien Le Devoir, Bryan Miles, déplore cette absence, de même que le président du journal La Presse, Pierre-Elliott Levasseur. 

«Prenez des risques et nous vous aiderons à réussir», s'est contentée de dire Mélanie Joly. Certains pourront tout de même qualifier de frileuse cette nouvelle politique culturelle canadienne.  

 

comments powered by Disqus