La référence des professionnels
des communications et du design

La pub d'humour noir avant le film «Ça» dans l’œil de François Sauvé

Infopresse fait appel à des créatifs de l’industrie pour commenter et analyser des campagnes internationales qui ont suscité l’intérêt. Cette semaine, François Sauvé, vice-président, création, de Lg2, se penche sur une publicité qui a précédé la présentation du film d'horreur Ça au cinéma. 

 

On met la table

L’humour noir est au rendez-vous dans cette publicité où les robots ont pris le contrôle sur les humains en les gavant de crème glacée. La publicité sera déployée au cinéma avant la présentation du film d’horreur It

Voyons ce qu'en dit François Sauvé

Pour apprécier cette publicité, ou du moins comprendre sa raison d’être, il faut se mettre en contexte. À la base, la vidéo a été conçue pour être diffusée dans les salles de cinéma, avant le film d’horreur Ça. Deuxièmement, le réalisateur de la vidéo, Mike Diva, est un créateur de contenu très populaire sur YouTube. À ce jour, sa chaîne totalise 115 610 011 visionnements, toutes vidéos confondues.

Du côté des pour, le choix d’un créateur de contenu populaire dans le but de réaliser la vidéo s'avère une stratégie efficace en soi. Elle garantit à l’annonceur un nombre intéressant de visionnements, et la cote d’amour dont bénéficie l’artiste est presque instantanément transférée vers la marque. De plus, j’ai l’impression que l’annonceur a laissé une grande latitude à M. Diva, car on ne sent pas les compromis créatifs. Et c’est une bonne chose. Parce que lors d’une telle association, l'on ne veut pas froisser l’auditoire existant avec un produit final trop «commandité».

Aussi, j’aime l’originalité, l’audace, la direction artistique, la direction photo et le ton étrange de la pub. En contexte, je suis convaincu que la pub est appréciée.

Par contre, ce que j’aime moins, c’est qu’on ne me renseigne aucunement sur le produit. Halo Top est une crème glacée qui se dit «santé», faible en gras et qui contient peu de calories. Je suis à des années-lumière de me douter de ça lorsque je vois la pub. Oui, il y a un super à la fin, mais j’ai l’impression que le décalage est trop grand entre la partie fiction et le plan produit. Est-ce le bon ton pour cet annonceur? Je vous laisse juger…

Cette publicité se démarque-t-elle des autres dans le même créneau? Elle est carrément un extraterrestre dans la catégorie. Elle se démarque sur tous les plans par rapport à ce que fait la concurrence. Disons qu’on est loin des gros morceaux de chocolat et des avalanches d’amandes auxquels nous ont habitués les Häagen-Dazs et Ben & Jerry’s de ce monde.

Bref, je salue l’audace et le courage de l’annonceur. Je ne suis pas en amour avec la publicité, mais je suis convaincu que l’approche dérangeante que prend l’annonceur dans tout ce qu’il fait est payante au final. Cette publicité a au moins le mérite de se faire remarquer. Et disons qu’en 2017, c’est déjà beaucoup.

 

_

Les opinions exprimées dans cette tribune ne sont pas nécessairement celles d’Infopresse.

 

 

 

comments powered by Disqus