La référence des professionnels
des communications et du design

L'actualité change de format... et diversifie son modèle de revenus

Certains ont pu dernièrement voir passer une campagne du magazine L'actualité au titre intrigant «Le papier est mort, vive le papier» qui laissait présager une annonce. Alexandre Taillefer et Charles Grandmont ont présenté ce 13 septembre les changements apportés au média.

L’acquisition de L’actualité par Mishmash Média en décembre 2016, une propriété de XPND Capital dont Alexandre Taillefer est l’associé principal, promettait déjà des transformations majeures. Dès janvier 2017, Carole Beaulieu a d’ailleurs passé le flambeau à Charles Grandmont à la tête de la rédaction.

Dix mois plus tard la transaction, les deux hommes ont dévoilé le numéro de relance et la création d’un écosystème de contenus.

Nous croyons que l’avenir des médias repose sur leur capacité à trouver eux-mêmes des solutions pour monétiser leur public par des produits et des services.  – alexandre taillefer

«Ce qu’on annonce c’est un pari comme celui qu’on a fait par le passé avec Voir et la boutique, soit un pari sur la qualité et sur le format papier», mentionne Alexandre Taillefer.

Le magazine papier voit ainsi son format remanié. Sa fréquence de parution sera maintenant mensuelle et il contiendra 50% plus de pages.

«Nous avons voulu transformer l’objet pour témoigner de notre engagement envers le papier», souligne Charles Grandmont, rédacteur en chef. Un papier de meilleure qualité, une reliure allemande, un style «velouté» et une toute nouvelle identité graphique sont parmi les éléments qui ont changé.

L’actualité propose aussi un modèle d’affaires qui se veut plus autosuffisant. «Nous croyons que l’avenir des médias repose sur leur capacité à trouver eux-mêmes des solutions pour monétiser leur public par des produits et des services.»

Les conférences et le voyage comme sources de revenus

Le mensuel mise donc sur la diversification de ses revenus, notamment en lançant une série de «produits» connexes qui visent à monétiser son public tout en gardant la qualité comme pilier.

D’abord, les conférences L’ACT d’une journée seront offertes et seront animées et encadrées par des journalistes de L’actualité. Trois thèmes seront abordés en 2018: l’équité hommes-femmes en entreprise, la surcharge mentale et la révolution provoquée par l’intelligence artificielle. L'ACT partira aussi en tournée au Québec dans un format plus intime. Les détails seront annoncés ultérieurement.

L’annonce d’une série de voyages à la sauce de L’actualité en collaboration avec Uniktour se démarque davantage des autres modèles des médias. Le concept est le suivant: les lecteurs pourront voyager en compagnie de journalistes qui connaissent bien les enjeux politiques, culturels et sociaux d’un pays.

charles grandmont

l'actualité

«L’idée de l’agence a été inspirée de ce qu'a fait Gesca avec DuProprio, qui est réellement un modèle de succès en matière de monétisation, puisque cela lui a permis de perdurer et de continuer d'investir dans la stratégie entièrement numérique», précise Alexandre Taillefer.

L’équipe a donc réfléchi à la façon dont elle pouvait jouer un rôle, et le voyage est apparu comme une avenue qui reflétait «sa volonté de faire un contenu international de qualité et de pouvoir parler d’enjeux de partout».

Uniktour sera responsable de la portion logistique. Les journalistes ne se transformeront donc pas en guides de voyage, mais transmettront toutes leurs connaissances de ces lieux et enjeux. Le premier voyage sera proposé dès mai 2018, en Afrique du Sud où les lecteurs pourront accompagner l’auteure et journaliste Lucie Pagé. Puis, en octobre 2018, ils partiront en Israël et en Palestine avec Ginette Lamarche sur la question de l’eau, qui se révèle une source de conflits et de solutions là-bas.

Moins de dépendance aux annonceurs

La diversification est le mot d’ordre pour ce nouveau positionnement qui insiste sur le besoin pour le média de moins dépendre des annonceurs. «Nous sommes aujourd’hui dans un modèle de 70% de revenus autonomes, c’est-à-dire d’abonnements, et 30% de revenus d’annonceurs, affirme Alexandre Taillefer. Nous voudrions que cela passe à 50% (abonnements), 25% (annonceurs) et 25% (autres produits).»

Les voyages et conférences sont les premiers projets annoncés pour monétiser les publics, mais d’autres suivront. Le choix de moins compter sur les annonceurs est motivé par une volonté notamment d’être moins touché par les modes. «On l’a vu récemment lorsque plusieurs ont décidé de tous mettre leurs investissements dans le numérique. Leurs revenus demeurent extrêmement importants pour nous.»

Charles Grandmont rappelle que les conférences et les voyages sont organisés dans le but d’amener une pertinence accrue aux lecteurs. «Si la cible est atteinte, ils seront prêts à payer pour nos contenus. Après cela, les annonceurs pourront s’y associer et y tirer leurs profits. Nos partenariats avec nos annonceurs sont très efficaces puisqu’ils permettent de s’associer à un contenu de haute qualité.»

Viser «l’extrême centre»

L’actualité a également profité du lancement pour affirmer son positionnement de façon très franche, c’est-à-dire d’extrême centre.

«On vit dans une époque où les extrêmes polarisent les débats publics et l'on trouvait important d’avoir une tribune comme L’actualité, où les gens de tous les points de vue peuvent se retrouver», explique Charles Grandmont.

Le magazine entend par là proposer des contenus de diverses perspectives, dites de gauche ou de droite, afin de faire avancer la société québécoise. Plus concrètement, l'on pourra voir une couverture de Gabriel Nadeau-Dubois à un numéro, puis Maxime Bernier dans un autre, comme cela a été fait récemment.

Cela se traduira donc par le contenu, mais aussi par les collaborateurs, les sources de données, etc.

De nouveaux chroniqueurs feront leur apparition dans le numéro d’octobre, dont Marie-France Bazzo (société), Alain Vadeboncœur (santé), Claudia Larochelle (livres) et Maxime Johnson (vie numérique), Julie Dufort, Julien David Pelletier et Judith Lussier seront également parmi les nouveaux collaborateurs qui traiteront de politique américaine, de justice et d’identité.

Vive le papier… mais aussi le numérique

Même si L’actualité mise sur le papier, le contenu numérique sera aussi enrichi.

«Nous serons beaucoup plus agiles pour fournir à nos lecteurs du contenu numérique qui pourra se décliner sur différentes plateformes, notamment le lancement d’une série de balados, mais aussi des reportages interactifs», précise Mathilde Roy, journaliste à L’actualité depuis quatre ans.

Le numéro d’octobre qui prendra en compte tous ces changements sera en kiosque le 15 septembre. L’édition a pour thème «Changer le monde», avec en couverture, Xavier Dolan sélectionné parmi les 13 personnalités québécoises qui changent le monde. 

comments powered by Disqus