La référence des professionnels
des communications et du design

Cogeco Live: «Une volonté de créer des segments plus attrayants pour les annonceurs»

Cogeco Média a lancé la semaine dernière l'application mobile Cogeco Live, qui rassemble toutes ses stations de radio. Luc Tremblay, vice-président, stratégie numérique, de Cogeco et directeur général de The Beat 92,5 FM, revient sur la stratégie derrière cette nouveauté. 

Après les nombreux changements annoncés à la barre de certaines émissions de radio de Cogeco, notamment le départ de Benoît Dutrizac du 98,5 FM et le changement de grille de Rythme FM, voilà que le groupe lance maintenant Cogeco Live. Les utilisateurs pourront écouter en direct toutes les stations qu'il dessert. 

Un peu comme avec Netflix, ils pourront également personnaliser leur application pour sélectionner leur station de prédilection, de même que préciser leurs champs d'intérêt. 

Cette avenue visait à renouveler l'auditoire de Cogeco. «Même si la radio est moins touchée que les médias traditionnels en ce qui a trait au volume d'auditoire, on est bien conscients qu’il y a une érosion pour les 35 ans et moins», précise Luc Tremblay, vice-président, stratégie numérique, de Cogeco. Celui-ci s'est joint à l'entreprise l'automne dernier précisément pour développer cette nouvelle offre, tant pour ce qui est du contenu en tant que tel que de la manière de l'amener. 

«C’est une génération qui consomme sur demande, c'est la raison pour laquelle nous avons voulu que notre plateforme soit très accessible et conviviale.»

Ainsi, en plus de l'écoute en direct des stations, les auditeurs pourront rattraper des émissions ou écouter des balados originaux. 

Une stratégie de contenu par station

Chaque station pourra proposer son propre contenu original. C'est le cas des balados d'Inspiration inc., commandités par la Banque Nationale. à CKOI, qui présentent de jeunes entrepreneurs de sociétés émergentes de Montréal. «Ce n'est pas le contenu typique de l'antenne principale de CKOI, mais il n'est pas trop loin des préoccupations d'une certaine proportion de l'auditoire de la station. Ça nous permet de concevoir des contenus plus nichés.» 

D'autres contenus seront destinés davantage à un public de masse, par exemple les balados quotidiens de Dany Dubé sur le Canadien de Montréal. 

L'intelligence artificielle au service des annonceurs

Outre les placards publicitaires, qui demeurent un segment de revenu important, Cogeco proposera toute la portion audio, c'est-à-dire les pre-roll, comme ceux-ci représentent une bonne partie de son inventaire autant sur la plateforme web que sur appareil mobile. 

Mais là où l'entreprise entend se distinguer, c'est du côté de l'intelligence artificielle qui lui permettra d'enrichir ses deux principaux canaux publicitaires de données. «À partir de celles-ci et grâce à notre partenaire M32, nous pourrons créer des segments plus attrayants et plus efficients pour les annonceurs», précise Luc Tremblay.

Une partie des revenus proviendront également de la publicité native. La commandite avec la Banque Nationale pour les balados de Dany Dubé en est un exemple. «Nous pourrons créer des environnements pour la publication d'articles ou encore des séries commanditées.»

Le contenu se fera en collaboration avec l'annonceur.

Un modèle interactif pour prolonger l'expérience

Les milléniaux constituent de 20 à 25% de l'auditoire de Cogeco. «On cherche à rendre l’expérience plus engageante pour que ce public puisse encore plus adhérer à nos produits.»

Le groupe a ainsi laissé beaucoup de place au jeu. «Nous avons tenté d'amener la dimension promotionnelle propre à la radio dans une application mobile.»

C’est la firme montréalaise Behaviour, qui compte 350 développeurs, qui a conçu Cogeco Live, en collaboration avec les équipes internes de Cogeco. Plus les utilisateurs utilisent l'application, plus ils accumulent ainsi des points.

De plus, l'application offre diverses activités entre l’antenne et l’auditoire, notamment les textos qui peuvent être envoyés aux animateurs ou des outils de sondage qui permettent de poser des questions aux auditoires et de recueillir leurs propos. 

La plateforme se révèle également un terrain idéal pour tester de nouveaux animateurs qui ne se retrouvent pas sur les antennes principales. «On a des discussions à ce sujet, mais rien de concret, affirme Luc Tremblay. C'est évident que l'application nous permet de prendre des risques qu'on ne prendrait pas en ondes, sans compter que c'est un environnement hautement mesurable qui permet de voir le degré de succès et de rétention d’un produit.» 

 

En couverture: Luc Tremblay, vice-président, stratégie numérique, de Cogeco et directeur général de The Beat 92,5 FM.

 

comments powered by Disqus