La référence des professionnels
des communications et du design

Bilan des programmations télé: les experts se prononcent, prise 2

La saison des lancements de programmation télé est terminée. Dans ce second article, au tour de Véronik L’Heureux de Dentsu Média et d'Ahmed Megdiche d'Espace-M d’offrir leur analyse de la saison 2017-2018 pour l’ensemble des chaînes. 

Véronik l'heureux

dentsu média

Véronik L’Heureux, directrice média de Dentsu Média

Qu’est-ce qui vous a marquée des programmations présentées?
Ce qui a le plus marqué l’équipe de Dentsu Média, c’est l’évolution des stratégies de diffusion. Un changement s’est réellement opéré chez les diffuseurs pour s’adapter aux nouvelles habitudes d’écoute. Non pas que c’était complètement absent dans les dernières années, mais la programmation pensée spécifiquement pour les modes d’écoute alternatives était plus marginale et surtout davantage axée sur la télévision, puis sur le web en mode rattrapage. La capacité des réseaux à produire du contenu original pour les Québécois permet encore aujourd’hui de différencier le Québec du reste du Canada, mais représente également un avantage considérable pour réussir à modérer la baisse de l’écoute de contenu télé, nonobstant la plateforme de visionnement.

L’approche multiplateformes adoptée par plusieurs médias où le contenu est la pierre angulaire, par opposition à l’écran primaire qu’est souvent la télévision, est la prochaine étape qui devait être franchie et ça nous semble très bien amorcé. Autre fait important, plusieurs chaînes spécialisées se renouvellent et offrent une impressionnante liste de nouveautés, autant sur le plan des acquisitions que des productions originales.

Quelles sont les nouveautés les plus prometteuses?
Selon les séries actuelles chouchous des Québécois, nous pouvons s’attendre à une très belle réception de séries telles que Trop, Olivier et Blue Moon. Il est d’ailleurs intéressant de noter que deux de ces séries sont présentées comme nouveautés, alors qu’elles ont d’abord été «testées» en VSD ou sur le web. Occupation Double à Bali tirera aussi bien son épingle du jeu et devrait permettre à V d’augmenter ses parts de marché en lançant la traditionnelle soirée de rendez-vous télévisuel qu’est le dimanche. Il sera également intéressant d’évaluer la performance de certaines séries traduites de l’anglais, dont quelques-unes proviennent du géant américain Netflix et ont déjà fait beaucoup parler d’elles.

Quelles sont les valeurs sûres?
Amateurs d’émotions que nous sommes, du suspense à l’humour, les émissions La Voix, Unité 9 et District 31 devraient fort bien défendre leur position. D’autres rendez-vous incontournables continueront de ne pas décevoir également, comme le hockey du Canadien et les galas.

Que manque-t-il dans le paysage télévisuel prévu cette année?
D’un point de vue de programmation, notre marché est très choyé par la diversité et la qualité des grilles de diffusion. Selon les tendances américaines actuelles, une nouvelle émission de fin de soirée pourrait potentiellement renouveler le public, ou encore, des émissions en direct qui offriraient davantage d'occasions et de flexibilité d’intégration aux annonceurs. L’autre dimension manquante très importante, en lien avec l’approche de diffusion renouvelée, est l’absence de mesure multiplateforme. C’est certainement un projet d’actualité pour des joueurs comme Numéris. L’implantation d’une méthodologie de mesure et d’une structure de vente d’auditoire sur une base de contenu multiplateforme sera essentielle pour l’avenir financier de notre marché et sa capacité à monétiser les productions originales.  

 

Ahmed Megdiche, directeur de comptes d'Espace-M

Ahmed Megdiche

espace-m

Qu’est-ce qui vous a marqué de la programmation présentée?
Le pari (et le risque!) de V télé de miser sur Occupation Double à Bali, sur laquelle ils fondent beaucoup d’espoir. Il s’agit tout de même d’un pari risqué compte tenu que la nouvelle édition vise une cible différente (les milléniaux), pas facilement atteignable en télévision. On note aussi qu’outre Occupation Double, V propose peu de nouvelles productions originales québécoises: la chaîne met en quelque sorte tous ses œufs dans le même panier.

Aussi quelques pertes marquantes: Les Appendices (à l’exception de deux émissions spéciales), Le Banquier, Votre beau programme, Taxi payant et La Guerre des clans.

La nouvelle tendance est de diffuser sur les chaînes généralistes des séries ayant été en premier lieu des exclusivités sur les plateformes numériques: Blue Moon (d'illico à TVA), Trop (de Tou.tv à Radio-Canada). On se doute par ailleurs que Cheval Serpent, nouveauté de Tou.tv, sera diffusée éventuellement à Radio-Canada.

Quelles sont les nouveautés les plus prometteuses?
Plusieurs nouveautés sont prometteuses. Radio-Canada mise beaucoup sur le lundi soir en programmant trois nouveautés, dont Olivier, une série de Serge Boucher à qui l'on doit le succès de Feux, Apparences et Aveux. Télé Québec propose aussi L’indice Mc$ween, un magazine intelligent qui donne un nouveau regard sur les finances et l’économie. Est-ce que la personnalité de Pierre-Yves McSween arrivera à attirer des cotes d’écoutes sur un sujet tel que les finances?

En ce qui concerne TVA, La parenthèse inattendue a connu un grand succès en France (TV5 l'a diffusée il y a quelques années). Le retour de Paul Arcand au petit écran avec Conversation secrète semble aussi prometteur.

V télé mise sur le vendredi soir thématique avec les nouveautés Huissiers et Haute sécurité.

TV5 continue de nous faire voir les choses autrement en programmant La vie en quatre temps (Philippe Desrosiers) et Sacrés objets (Mathieu Quesnel).

L’arrivée des séries Netflix (Riverdale à Vrak, House of Cards à Télé-Québec) touchera un auditoire différent et plus large. On note aussi la venue d’une quotidienne à Canal Vie avec La belle gang.

Quelles sont les valeurs sûres?
Les classiques du dimanche soir, soit Tout le monde en parle et La Voix, mais aussi le succès de l’an passé, District 31, qu'on peut déjà identifier comme une valeur sûre.

Il y a bien sûr En mode Salvail, mais il sera intéressant de voir s’il n’y aura pas un certain essoufflement.

Télé-Québec peut aussi compter sur les émissions culinaires (DiStasio, Curieux Bégin et Cuisine futée, parents pressés). Deux hommes en or était une valeur sûre, mais il faudra surveiller ce qui se produira à l’arrivée de Pierre-Yves Lord.

Il ne faut pas oublier le hockey des Canadiens…tant que les Canadiens auront une fiche gagnante!

Que manque-t-il dans le paysage télévisuel cette année?

Une programmation plus audacieuse comme Les invincibles ou Série noire.

De plus, à l'exception d'En mode Salvail, il n'y a pas de talk-show de fin de soirée sur une chaîne généraliste.

Des nouveaux visages, autant chez les acteurs que les animateurs seraient également souhaitables. Bien que le public apprécie les Julie Le Breton, Patrice Robitaille, Charles Lafortune et autres valeurs sûres, c’est toujours rafraichissant et parfois payant de voir de nouveaux visages.

Sur le plan du contenu original humoristique, malgré le récent succès de Like moi ou celui plus établi d’Infoman, on note peu de nouvelles émissions dans ce créneau.

On souhaiterait également davantage de contenu québécois orignal à fort potentiel international comme Les Parent, Like moi, LOL, etc. Bien que certaines chaînes investissement et travaillent fort pour présenter un contenu québécois, intéressant et intelligent, d’autres chaînes semblent profiter de la récente décision du CRTC pour annuler toute ou une grande partie la production québécoise originale et la remplacer par des films et séries américaines dont les coûts sont moindres.

 

À lire aussi, Francine Marcotte, de Cossette Média, Sandra Wells, d'Omnicom Media Group et Danick Archambault de Jungle Média donnent également leur avis sur les programmations télé de 2017-2018.

 

*En couverture: Sam McGhee/Unsplash

comments powered by Disqus