La référence des professionnels
des communications et du design

Les Grands Prix de la commandite: Marlène Hins, présidente du jury 2017

Marlène Hins, vice-présidente, services marketing central, de Lowe's, présidera le jury du concours Les Grands Prix de la commandite cette année. Infopresse a voulu en savoir plus sur sa vision et ses attentes pour l'édition 2017.

Quelle est votre vision pour cette troisième édition?
Le concours est arrivé à une certaine maturité. L’idée au départ était de mettre l’accent sur l’excellence des commandites et des activations réalisées au Québec et qui profitaient de moins de présence dans le reste du Canada au concours Sponsorship Marketing. À sa première année au Québec, l’événement était davantage axé sur la mise à l’essai des catégories. Nous avons apporté des ajustements à la deuxième édition.

D’un point de vue de fonctionnement, je veux m’assurer qu’on n’accepte pas le compromis. 

Pour cette année, toutes les catégories en place et les critères décisionnels sont maintenant bien ficelés. Un tel concours permet maintenant à l’industrie de se surpasser, de voir ce qui se fait et de souligner les projets qui se démarquent par leur originalité. Nous reconnaîtrons donc non seulement le travail des propriétés et des marques bien établies, mais les nouveaux événements et les nouvelles propriétés qui font tranquillement leur place.

Comment allez-vous orienter le jury?

Il sera composé de créatifs, stratèges, annonceurs et autres experts de l’industrie, afin de profiter d’analyses sous des angles différents. C’est aussi important pour moi de sélectionner des membres qui ne faisaient pas fait partie du jury ces deux dernières années. J’orienterai l’équipe choisie autour de grands axes. D’abord, les projets innovants seront bien évidemment favorisés. Aussi, d’un point de vue de fonctionnement, je veux m’assurer qu’on n’accepte pas le compromis. Mon rôle comme modératrice sera donc de veiller à ce qu’il n’y ait pas un leader qui, par son influence, oblige certaines personnes moins combattantes à plier. Je souhaite réellement arriver à un consensus de manière à ce que chaque intervenant, par son bagage d’expérience, puisse apporter sa vision et son opinion.  

Le concours ne remplirait pas sa mission de reconnaître la créativité en commandite s’il ne soulignait pas le travail de la relève.

Quant aux résultats, ils devront aussi être intimement liés aux objectifs.

Que pouvez-vous nous dire sur la nouvelle catégorie Le Grand Prix de la relève: Nouvel événement?

Cette nouvelle catégorie vise à faire le pont avec un événement instauré l’année dernière et qui a connu un franc succès: les dragons de la commandite. L’événement réunissait des experts de l’industrie qui se transformaient en investisseurs potentiels et qui se penchaient sur de nouveaux événements prometteurs. Ainsi, nous avons pensé concevoir un prix qui saluerait la créativité de ces projets. Nous voulions amener la notion de relève non pas dans le sens d’individu, mais d’événement. J’irais même jusqu’à dire que le concours ne remplirait pas sa mission de reconnaître la créativité en commandite s’il ne soulignait pas le travail de la relève.

Quelles sont vos attentes en ce qui a trait aux projets soumis par rapport aux tendances remarquées dans la dernière année?

Parmi les activations et les commandites, on observe que les expériences sont axées de plus en plus sur la 3D. Je souhaiterais voir des propriétés qui vont encore plus loin dans l’emploi qu’ils en font, qui changent l’expérience de l’utilisateur ou du festivalier, puis les amènent ailleurs. Auparavant, l'on remarquait ce genre d’application dans le domaine de la musique, mais il est maintenant devenu possible d’intégrer l’expérientiel et la 3D en amplifiant la pertinence liée à l’événement. 

comments powered by Disqus