La référence des professionnels
des communications et du design

Un Canadien sur huit abonné aux petits forfaits de base télévisuels

Quel effet ont eu les «petits forfaits de base» télévisuels sur les abonnements au Canada? Un rapport de l'Observatoire des technologies médias (OTM) révèle que seulement 12% des adultes au pays profitent de ces offres.

En mars 2016, le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) a rendu une décision ordonnant que les fournisseurs de service de télévision offrent un forfait d'abonnement à la télévision à un coût minime mensuel de 25$. Ces forfaits d’abonnement sont appelés «petits forfaits de base» et permettent aux consommateurs de choisir ces forfaits comme base, puis d'ajouter des chaînes individuelles grâce à un système appelé «service à la carte».

Selon un sondage de l'OTM, au Canada, seulement un abonné à la télévision sur huit (12%) recourt à ces petits forfaits. À titre comparatif, en 2017, 75% des Canadiens sont abonnés à un service de télévision payant. Ces données regroupent la télévision par câble, satellite et fibre optique.

Quant au service à la carte, 65% des abonnés à un petit forfait de base au pays utilisent cette option, tandis qu'un quart des abonnés (25%) n'ayant pas de petit forfait de base ont employé le service à la carte.

L'exception québécoise

Le Québec présente le plus haut taux d'abonnement aux petits forfaits de base (19%), mais l'OTM indique que cette plus forte probabilité s'explique par le fait que ce type d'abonnement existait ici bien avant la décision du CRTC. À titre comparatif, 9% des adultes en Ontario optent pour les petits forfaits de base. Pour les provinces de l'Atlantique, cette proportion s'établit à seulement 4%.

Incidemment, les petits forfaits de base les plus populaires au pays sont offerts au Québec. À ce chapitre, le podium est occupé par Cogeco (24%), Vidéotron (22%) et Telus Optik (17%).

Pas une question de revenus

Fait à noter, l'adoption des petits forfaits de base a été uniforme dans toutes les catégories de revenus annuels: 12% pour les moins de 35 000$, 15% pour les 35 000$ à 75 000$, 13% pour les 75 000$ à 100 000$, 12% pour les 100 000$ à 150 000$, 12% pour les 150 000$ à 200 000$, et 13% pour les plus de 200 000$.

De plus, au pays, 29% des détenteurs de petits forfaits de base sont de nouveaux abonnés, c'est-à-dire qu'ils ne détenaient pas d'abonnement à la télévision auparavant.

Ces données indiquent deux choses: d'abord, que les petits forfaits de base n'ont pas vraiment suscité d'intérêt chez les Canadiens à faible revenu, puis que cette option n'a pas fait augmenter considérablement le nombre d'abonnés canadiens à la télévision: les nouveaux abonnés ne représentent qu'environ 3% de la population au pays.

L'influence des plateformes de contournement

Autre révélation du rapport de l'OTM: les francophones qui s'abonnent à des services de télévision par contournement sont plus susceptibles d'avoir de petits forfaits de base.

Au pays, 13% des abonnés à Netflix sont aussi abonnés à un petit forfait de base télévisuel. Chez les francophones, 27% des membres du Club illico (Vidéotron) et 33% des abonnés de Tou.tv Extra (Radio-Canada) sont aussi abonnés à un petit forfait de base.

Un sommaire du rapport de l'OTM sur les petits forfaits de base et les services peut être consulté ici.

comments powered by Disqus