La référence des professionnels
des communications et du design

Un an d'histoires pour les Stories d'Instagram

Il y a un an aujourd'hui, Instagram dévoilait ses Stories. Si le réseau social a été vivement critiqué pour avoir repris les codes de Snapchat, voilà que la fonctionnalité dépasse son concurrent avec des chiffres impressionnants. 

Sur les 700 millions d'utilisateurs du réseau social dans le monde, 250 millions utilisent les Stories à une fréquence quotidienne, une hausse de 50 millions ces deux derniers mois seulement.

En comparaison, Snapchat se limite à 166 millions d'utilisateurs actifs, selon les données du premier trimestre de 2017 de l'entreprise. 

«Ce que nous avons constaté avec le fil d'actualité, c'est qu'en publiant une photo, les utilisateurs reçcoivent des J'aime et des commentaires, qui vivent ensuite sur leur profil, a expliqué Kevin Systrom, cofondateur et président d'Instagram à Adweek. On mettait cependant de côté tous ces autres moments qu'ils n'ont pas nécessairement envie de montrer comme s'il s'agissait d'une galerie d'art, qui ne sont pas forcément les moments forts de leur vie et pour lesquels ils ne veulent pas non plus se faire juger. C'était simplement une mise à jour qu'on devait faire.»

Par ailleurs, les utilisateurs de moins de 25 ans passent en moyenne plus de 32 minutes par jour sur Instagram ,alors que les plus de 25 ans y restent en moyenne au-delà de 24 minutes, a dévoilé le réseau social par communiqué.

Fait intéressant, plus de la moitié des entreprises ont publié au moins une histoire lors du dernier mois, tandis qu'une histoire sur cinq a suscité un message direct d'un utilisateur.

Le réseau social tient à favoriser des liens plus étroits entre les annonceurs et les consommateurs, et les Stories semblent pour l'instant permettre ce rapprochement. 

Alors que le réseau social se targue d'avoir dévoilé une vingtaine de fonctionnalités depuis son lancement il y a un an, il faudra maintenant voir qu'elles seront les nouveautés offertes par Instagram dans la prochaine année.  

 

Photo de couverture: Hans Vivek

comments powered by Disqus