La référence des professionnels
des communications et du design

Au tour des patrons d'Under Armour et d'Intel de quitter Donald Trump

Après le président du géant pharmaceutique Merck, c'est au tour des patrons d'Under Armour et d'Intel de quitter le groupe d'entrepreneurs conseillant Donald Trump, afin de protester en marge des récents événements de Charlottesville. 

Brian Krzanich, président d'Intel, important joueur dans le domaine des puces électroniques, a annoncé son départ dans un article de blogue en fin de soirée le 14 août. «Je quitte parce que je veux faire partie du progrès, alors que plusieurs personnes à Washington semblent plus intéressées à pointer du doigt ceux en désaccord avec leurs opinions.» 

Kenneth Frazier, président directeur-général du géant pharmaceutique Merck, avait été le premier à quitter ses fonctions de conseiller économique de Donald Trump. Quelques heures après, Kevin Plank, président et fondateur d'Under Armour, annonçait son retrait, expliquant que «notre entreprise va poursuivre dans ses efforts d'inspirer les gens à croire qu'il est possible d'accomplir n'importe quoi par les bienfaits du sport, qui prône l'unité, la diversité et l'inclusion.»

Fait à noter, le PDG d'Under Armour avait soulevé de vives réactions en février dernier lorsqu'il avait déclaré qu'«avoir un président aussi favorable aux entreprises constitue un atout majeur pour le pays. Il s'agit d'une belle occasion à saisir pour les gens.» 

Les critiques avaient alors fusé sur les réseaux sociaux, où le mot-clic #BoycottUnderArmour a beaucoup circulé et fait réagir trois porte-paroles de la marque, dont Misty Copeland, visage de la campagne de 2014.

Malgré leur sortie publique, aucun des porte-paroles n'avait abandonné cette fonction, et l'entreprise n'avait pas non plus décidé de leur retirer leur contrat.

Donald Trump, qui n'avait pas condamné clairement les groupes concernés pour leurs actions en Virginie au moment de la démission de Ken Frazier, n'a pris qu'une heure après l'annonce de son retrait pour s'en prendre directement à lui sur Twitter: 

Des dirigeants de plusieurs grands groupes américains, notamment Dell, Blackstone Group et A.F.L.-C.I.O., ont aussi démontré leur mécontentement à la suite des déclarations du président américain jugées tièdes par certain. Cependant, aucun n'a encore émis de décision concernant un éventuel retrait du groupe de conseillers de Donald Trump. 

Préalablement à cette vague de départs, le dirigeant du groupe Disney, Bob Iger, et le président de Tesla, Elon Musk, s'étaient retirés des accords de Paris sur le changement climatique en réaction au retrait des États-Unis. 

comments powered by Disqus