La référence des professionnels
des communications et du design

Act Responsible, racontée par Carle Coppens

À Cannes, l'exposition Act Responsible salue chaque année l’excellence en matière de publicité sociétale. Carle Coppens, vice-président et directeur de création de Brad, revient sur cette «compétition amicale» que l'agence a remportée en 2016. 

Le Festival international de la créativité et l’organisme sans but lucratif Act Responsible travaillent en collaboration depuis 2002. Ce partenariat a un objectif bien précis: présenter au monde le pouvoir de la publicité lorsqu'elle se penche sur des enjeux sociaux ou environnementaux.

Cette année, les agences Tam-Tam\TBWAK72 et John st. ont chacune vu l'un de leurs projets sélectionné pour l'exposition Act Responsible

L'année dernière, Brad qui a reçu pareil honneur pour une pièce réalisée dans le cadre d’une campagne de SOS Violence conjugale. L'agence était repartie de la Croisette avec le premier prix dans la catégorie Droits humains.

carle coppens

brad

Comment ces agences se sont-elles retrouvées dans l'exposition Act Responsible, et quelles sont les retombées de leurs sélections? À écouter Carle Coppens, la réponse aux deux questions pourrait tenir en un mot: gratifiant.

«Il y a un bonheur de sentir qu'une campagne sociale est reconnue, explique-t-il. Ça permet de souligner un travail souvent accompli de façon bénévole par les agences, mais aussi les artisans. Cela procure aussi une belle vitrine aux organismes et aux causes gagnantes. C'est une bonne idée d'encourager cela.»

Un autre versant du travail d'agence

Autres aspects valorisants: à la différence des pièces en compétition pour un Lion, que les agences doivent envoyer et enregistrer en amont, toutes celles qui forment l'exposition Act Responsible sont sélectionnées directement par le comité organisateur.

Quant aux gagnants, ils sont choisis par un vote du public, à la différence des jurys chapeautant la remise des Lions.

la pièce gagnante de brad en 2016, réalisée pour sos violence conjugale.

«L'exposition est installée dans la galerie Debussy du Palais des Festivals, sur de grands panneaux sur lesquels les pièces sont affichées, détaille Carle Coppens. Il y a un effort de mise en valeur et c’est très amical. Dans notre métier, il y a le versant commercial du travail d'agence, mais Act Responsible célèbre le versant où il y a une certaine générosité.»

Et comme les festivaliers doivent traverser l'exposition pour aller vers le lieu des projections, ils peuvent toujours s'arrêter afin de voter pour les pièces préférées. «Nous, c'est comme ça qu'on avait gagné», précise Carle Coppens, ajoutant ressentir une fierté dans cette reconnaissance par ses pairs.

Quand un prix attire une idée

En plus de tous ces bons côtés, Carle Coppens aime en imaginer un autre qui pourrait prendre forme dans le cadre d'Act Responsible. Parce qu'en créativité, il y a toujours place à la réinvention, non?

«À mon avis, indique Carle Coppens, la diffusion exacte supplémentaire qu'une pièce gagnante à Act Responsible reste à prouver. Au final, que SOS Violence Conjugale, un organisme québécois, trouve de la diffusion dans d'autres pays ne change pas grand-chose. Mais ce qui pourrait être intéressant, c'est que les visuels gagnants puissent être offerts à d'autres organismes aux missions similaires ailleurs»

la trophée remporté par brad en 2016

photo: courtoisie de brad

Il continue: «L'année dernière, on [Brad] avait amorcé la discussion sur cette idée avec le comité organisateur. Évidemment, il faudrait s'entendre avec les organismes et les agences participantes, mais ça permettrait de créer une espèce de banque de publicités sociétales. En tout cas, je l'imagine comme ça.»

Carle Coppens estime l'idée sympathique. «Peut-être qu'un jour, ça pourrait se produire, mais pour ça il faudrait probablement que je fasse un suivi avec le comité organisateur...», conclut-il, le sourire dans la voix.

Chose certaine, l'expérience d'Act Responsible en 2016 aura permis à Carle Coppens et à Brad de repartir avec un joli trophée, en plus d'une idée à travailler - ou à tout le moins d'une discussion à continuer.

En couverture: l'exposition Act Responsible 2017. Photo: Act Responsible

comments powered by Disqus