La référence des professionnels
des communications et du design

Les machines distributrices de «j'aime» sont arrivées

À la chronique Bêtes de pub cette semaine, Arnaud Granata, éditeur d’Infopresse, et Marie-Claude Ducas, journaliste et auteur, racontent comment l'influence est devenue la devise officielle des médias sociaux.

arnaud granata

infopresse

Seriez-vous prêts à débourser quelques dollars pour faire gonfler votre influence sur les réseaux sociaux? Le phénomène n'est pas nouveau. Depuis plusieurs années, des sociétés en ligne vendent des mentions «j'aime» ou encore des faux amis à une clientèle d'internautes désirant augmenter leur popularité. 

Voici qu'en Russie, le phénomène semble déborder dans le monde réel. Plusieurs personnes ont relayé la photo d'une machine distributrice, située dans un centre commercial de Moscou, qui vend littéralement des «followers» et des «likes». 

La machine en question est une propriété de Snatap, entreprise spécialisée dans la vente de robots qui aiment vos publications. 

Ce phénomène s'est d'abord fait connaître avec les «fermes à clics», des endroits secrets, souvent hébergés dans des pays en voie de développement et où des travailleurs, pour un salaire dérisoire, multiplient les faux avis positifs ou encore les clics sur une page ou une publication. 

Toutefois, l'humain semble de moins en moins au service de l'humain dans sa quête de la gratification instantanée, car, maintenant, des robots sont employés à la tâche. Selon un article du magazine américain Newsweek, le compte Twitter du président des États-Unis, Donald Trump, un des plus suivis de la planète, possède 31 millions de «followers», dont plus de la moitié seraient faux. 

Marie-claude ducas

L'influence est devenue la monnaie d'échange des médias sociaux, c'est la raison pour laquelle les marques sont prêtes à offrir de généreux cachets aux influenceurs qui les endosseront. Attirées par l'appât du gain, des entreprises y voient une occasion d'affaires et semblent vouloir tirer profit de la vente de fausse popularité. 

Aussi au programme cette semaine: une nouvelle campagne percutante de la Société de l'assurance automobile du Québec, la promotion controversée de Katy Perry pour son nouvel album et l'adaptation en publicité pour le marché québécois. 

Retrouvez l’intégralité de la chronique «Bête de pub», diffusée le jeudi à l’émission Médium large de Radio-Canada Première.

 

Photo: Kyra Preston

comments powered by Disqus