La référence des professionnels
des communications et du design

Tuxedo évolue et devient Tux

Fondée en 2009, l'entreprise change de nom et présente sa nouvelle identité visuelle déclinée par un nouveau logo et un site web. Dominic Tremblay, président et cofondateur de Tux, explique les motivations de cette démarche.

«À nos débuts, nous étions quatre, explique d'emblée Dominic Tremblay. On est maintenant 40. Nous étions une boutique de marketing axée sur les domaines de la mode-beauté, puis avons, avec les années, développé une expertise en d’autres domaines (dont le sport, l'alimentaire, les technologies et le transport). Donc, nous évoluons maintenant dans diverses catégories de marché, dans un contexte qui a changé et qui pousse les marques à communiquer différemment leur contenu.» 

Ces changements ont mené l'équipe à revoir l'identité de l'entreprise, afin qu'elle reflète plus adéquatement la nouvelle réalité. Tux est à la fois le nom qu'utilisaient déjà plusieurs annonceurs et une version «moins classique, moins haut de gamme». Il représente pour Dominic Tremblay «une valeur chère à nos yeux, le fait d’être humains, accessibles, proches des gens avec qui nous travaillons».

Sans modifier l'offre de service, le repositionnement vise à clarifier le modèle de Tux. Fondée par l'association d'un annonceur (Dominic Tremblay), d'un storyteller (Ludwig Ciupka) et d'un architecte de l'environnement (Laurent Guez), l'entité ne se définit pas comme une agence, mais un partenaire créatif. Travaillant autant en publicité qu’en branding, l'équipe voyait dans la démarche interne une belle occasion de faire pour elle-même ce qu'elle prône pour ses clients, soit de retravailler la marque et sa présentation afin de s’assurer qu’elle est bien comprise, bien perçue. Car c'est exactement, selon Dominic Tremblay, ce qui propulse le contenu, un vecteur crucial de l'industrie aujourd'hui.

«Il est important de ne jamais avoir peur de se réinventer, de faire évoluer le nom d'une entreprise. On sait que ce sont de grosses décisions, car nous avons souvent de telles discussions avec les annonceurs. Mais comme le dit notre slogan en anglais, Fearless creative partner, il faut oser. On boucle ainsi la boucle en appliquant l'idée à nous-mêmes.»

Vidéo: Davai, John Londono, Cult Nation, Cineground et Gimmick Studio
Web: Deux Huit Huit 

comments powered by Disqus