La référence des professionnels
des communications et du design

Les contenus payants en ligne de plus en plus populaires au Québec

Selon une nouvelle étude Netendances du Cefrio, les contenus payants en ligne sont de plus en prisés par les Québécois. Par ailleurs, les 18-24 ans sont significativement plus nombreux à se divertir sur le web. 

Les contenus payants en hausse 

Le téléchargement de musique payante atteint 22% des adultes (en progression de deux points par rapport à 2015), au détriment de la musique gratuite (17%, en baisse de 7%). Les Québécois sont également plus nombreux à regarder et à télécharger du contenu vidéo payant (22% pour l'ensemble des adultes, en hausse de deux points de pourcentage par rapport à 2015). 

À ce titre, Netflix arrive au premier rang (21%) des services d'abonnement d'écoute vidéo payants, suivi par le Club illico (13%) et Tou.tv Extra (5%). À noter que les 25-34 ans sont près de la moitié (48%, contre 36% pour l'ensemble des Québécois) à être abonnés à au moins un de ces services.  

Le divertissement en ligne, préféré des jeunes adultes  

Le rapport dévoile également que les 18-24 ans sont significativement plus nombreux que leurs aînés à se divertir en ligne. 

En effet, 84% regardent des vidéos en ligne, 70% de la webtélé, et plus de la moitié écoutent de la musique en continu et déposer des vidéos ou des photos sur internet. 

Les 18-24 ans représentent aussi la tranche d'âge la plus nombreuse à payer pour le contenu qu'elle consomme. 47% regardent ou téléchargent des films payants ou des séries payantes (contre 22% pour l'ensemble des Québécois) tandis que 39% téléchargent de la musique payante (contre 22% pour l'ensemble des Québécois). De plus, les 18-24 ans téléchargent significativement plus d'applications mobiles payantes (37% contre 20% pour l'ensemble des Québécois). 

«Au Québec, les 18-24 ans forment sans contredit le segment de population qui recourt le plus aux services de divertissement en ligne (télé, vidéo, musique ou jeux), que ce soit sur un appareil mobile ou non et que ces contenus soient gratuits ou payants. D'ailleurs, ils sont ceux qui dépensent le plus par mois en divertissement en ligne. Ils sont aussi beaucoup plus ouverts à essayer les nouveaux contenus offerts en réalité virtuelle ou augmentée», affirme Claire Bourget, directrice principale de la recherche marketing du Cefrio.

Les résultats, graphiques et tableaux peuvent être consultés en ligne.

Photo: William Iven

comments powered by Disqus