La référence des professionnels
des communications et du design

Infopresse visite... La Gaspésie

Grand territoire, recrutement et sensibilisation des annonceurs: pour le quatrième article de la série Infopresse visite, Pierre Vallée, de l’agence Audace, se penche sur les réalités de l’industrie des communications-marketing dans la grande région de la Gaspésie et du Bas-Saint-Laurent. 

Pierre Vallée est associé et conseiller en communications-marketing de l’agence Audace. L’entreprise couvre des centaines de kilomètres: de Québec jusqu’au bout de la Gaspésie. «C’est un grand territoire, mais peu peuplé. Il faut franchir beaucoup de distance pour aller voir les entreprises. Ce n’est pas rare qu’on roule un bon six heures de route dans une journée pour rencontrer un client.»

Ce n’est pas rare qu’on fasse un bon six heures de route dans une journée pour rencontrer un client.

Une telle situation, selon Pierre Vallée, n’empêche pas une agence de la région de compter de nombreux clients. Cette clientèle est devenue possible grâce aux technologies des communications. «Aujourd’hui, avec Skype, ce n’est pas un problème. Même que certains clients aiment mieux cette méthode que les rencontres au bureau. La rencontre commence à 11h15 et à 11h30 tout le monde est retourné à ses affaires.»

Le recrutement

Un second enjeu des communications-marketing en Gaspésie est le recrutement, explique Pierre Vallée.

L’Université du Québec à Rimouski offre un baccalauréat en marketing, alors que le Cégep de Rivière-du-Loup propose un diplôme en graphisme. Mais la plupart des jeunes y obtenant leur diplôme sont tentés par l’expérience des grandes villes, souligne Pierre Vallée.

Ils reviennent parfois après quelques années. Toutefois, les jeunes qui viennent travailler dans les agences de la région proviennent souvent de l’extérieur. Ils sont, eux aussi, tentés par une nouvelle expérience: ils quittent les grands centres urbains, leurs familles, leurs amis et tous leurs repères. Pour qu’ils s’intègrent vite, il faut une stratégie d’accueil, estime Pierre Vallée.

«En Gaspésie, l'on a mis en place une bonne structure pour intégrer les jeunes qui arrivent de l’extérieur avec le programme Place aux jeunes. Et nous aussi, comme entreprise, nous avons notre propre stratégie d’accueil. Nous voulons qu’ils se créent un réseau le plus rapidement possible et qu’ils se sentent comme chez eux. Par exemple, nous avons récemment embauché une jeune diplômée de l’extérieur de la région. Ses parents sont venus avec elle pour visiter les bureaux à son arrivée. Ça crée un lien de confiance.»

Éduquer la clientèle

Troisième enjeu: l’agence Audace travaille surtout auprès de petites et moyennes entreprises. Selon Pierre Vallée, peu d’entre elles donnent assez d’importance au marketing dans leur développement. Il crée donc des ateliers de formation et de sensibilisation pour la clientèle.

Souvent, auprès de ces entreprises, le mot «marketing» veut dire «publicité».

«Souvent, auprès de ces entreprises, le mot “marketing” veut dire “publicité”, alors que nous travaillons à des stratégies d’affaires, au déploiement, etc. C’est beaucoup plus large que la publicité, qui représente environ seulement 15% de notre travail. On travaille à ouvrir ces PME aux occasions qui pourraient se présenter à elles partout au Québec.»

Par ailleurs, Pierre Vallée explique que la majorité de ces entreprises n’ont pas de service de communications-marketing. Ce faisant, elles ont tendance à ne s’en préoccuper que lorsqu’il y a un problème. «Il faut donc leur rappeler que les communications-marketing, il faut s’en occuper quotidiennement.»

Un outil de développement important

Enfin, Pierre Vallée estime que les agences hors des grands centres urbains sont essentielles pour la région, mais aussi pour les annonceurs nationaux.

Elles constituent, premièrement, un «magnifique outil de développement pour les entreprises et les régions», lance-t-il. «Par exemple, elles peuvent travailler auprès des municipalités pour développer des stratégies de recrutement afin d'attirer de nouveaux citoyens et de faire mousser le développement économique de la région.

Ensuite, elles sont une bonne façon de mieux parler à l’ensemble des Québécois et de créer des campagnes reflétant la réalité des régions. «Il y a deux ans, j’ai traité avec un annonceur à Montréal qui voulait une agence de région parce que sa clientèle s’y trouve en partie, explique Pierre Vallée. On a collaboré avec son agence à Montréal et l'on a apporté des enjeux différents. Le mélange des deux devient une richesse pour le client. La diversité des expertises, c’est toujours mieux.» 

Photo: Tourisme Gaspésie

comments powered by Disqus