La référence des professionnels
des communications et du design

Quand les grands annonceurs l'échappent

À la chronique Bêtes de pub cette semaine, Arnaud Granata, éditeur d’Infopresse, et Stéphane Mailhiot, vice-président, stratégie, de Havas Canada, reviennent sur deux publicités qui ont dû être retirées à la suite des nombreuses réactions négatives qu’elles ont suscitées.

D’abord, McDonald’s s’est vu contraint de retirer sa plus récente publicité, dans laquelle un jeune enfant orphelin de son père trouve comme seul point commun avec celui-ci son amour pour le filet de poisson. Sur les réseaux sociaux, les critiques accusaient la marque d’exploiter les émotions d’un enfant pour vendre ses produits.

stéphane mailhiot

havas

Le retrait précipité de la publicité rappelle la récente offensive de Pepsi avec Kendall Jenner, qui avait subi le même sort il y a de cela quelques semaines seulement. «Quand on essaie de placer de façon un peu cheap son produit comme la solution à un problème, habituellement ça m’apparaît comme une mauvaise idée», explique Stéphane Mailhiot.

Par ailleurs, la marque de bonbons Skittles, reconnue pour ses messages éclatés, a dû, elle aussi, retirer sa publicité de la fête des Mères, jugée trop graphique. 

À l’heure des réseaux sociaux et des réactions instantanées, les marques sont maintenant en position de mesurer l’effet de leurs actions en temps réel, puis d’agir en conséquence. L’immédiateté avec laquelle sont commentées les publicités a aussi son pendant négatif, puisque les réactions en chaîne des internautes peuvent forcer les marques à se rétracter instantanément. 

arnaud granata

infopresse

Aussi au programme cette semaine: le jeune Américain féru de poulet qui a accosté sur Twitter la chaîne de restauration rapide Wendy’s, le ciblage publicitaire sur les réseaux sociaux en fonction de l’état d’esprit des utilisateurs et une campagne originale pour lutter contre la vitesse au volant.

Retrouvez l’intégralité de la chronique «Bêtes de pub», diffusée le jeudi à l’émission Médium large de Radio-Canada Première.

 

comments powered by Disqus