La référence des professionnels
des communications et du design

La présidente de Paprika revient sur le jury Design du concours ADC

Joanne Lefebvre, présidente et cofondatrice de Paprika, a siégé au sein du jury Design du concours ADC Annual, auquel le Canada compte 19 nominations, dont six du Québec. Infopresse a recueilli ses impressions.

Les délibérations de la 96e édition de ce concours qui récompense le meilleur en publicité de partout (et dont les prix seront remis le 8 mai prochain) se sont tenues aux Bermudes en mars dernier. Joanne Lefebvre, de Paprika, faisait partie du jury Design. Elle était la seule représentante canadienne parmi 14 juges provenant de Tokyo, New York, Austin, Berlin, Cancún, Londres, Sidney, Amsterdam et Oslo.

Les sujets très violents ont été traités avec beaucoup de sobriété et de douceur.

L'expérience a été enrichissante et intense, confie-t-elle. «Nous avons jugé près de 3000 projets en deux jours, en plus d’une journée de délibérations. Le plus difficile était de demeurer bien conscients de la catégorie dans laquelle le projet avait été inscrit, car ils défilaient devant nous en peu de temps.»

Les pièces électroniques étaient jugées à distance, tandis que les physiques, elles, l'étaient directement sur place. «Plus on se penche sur des pièces, plus notre jugement s’aiguise. Alors, on tente de le faire avec le plus de justesse possible.»

Elle a observé qu’une grande humanité se dégageait des pièces présentées. «Les sujets très violents ont été traités avec beaucoup de sobriété et de douceur, et ont réussi à communiquer des choses très importantes sans avoir à provoquer.»

Parmi ses coups de cœur, la juge cite les pages couverture réalisées pour le quotidien New York Times. «En général, les projets d’une simplicité désarmante ont le plus capté mon attention. Ceux à grand déploiement nous font parfois oublier les erreurs dans le craft, mais l’exécution est pour moi aussi importante que l’innovation et le design thinking

Au nombre de pièces présentées, l’on pourrait s’attendre que les délibérations soient plus corsées sur les choix définitifs. Or, il n’en est rien. «C’est impressionnant de voir que les opinions étaient quand même homogènes, sauf pour quelques pièces bien précises, souligne-t-elle. Pour moi, c’est un signe que le bon travail s’est imposé de lui-même.»

«C’est impressionnant de voir que les opinions étaient quand même homogènes, sauf pour quelques pièces bien précises.»

Quant à son expérience générale, la présidente de Paprika se trouvait privilégiée d'être aux côtés d’experts de partout. «C’était intéressant aussi de voir des pièces d’ici se retrouver parmi les sélections et ça m’a confirmé que nous étions à la hauteur des autres projets présentés.»

Rappelons que Paprika se trouvait finaliste en design dans la sous-catégorie Marque pour sa série Materia, aux côtés du bureau torontois de Sid Lee.

Voici une entrevue réalisée à la fin des délibérations: 

 

comments powered by Disqus