La référence des professionnels
des communications et du design

Productions numériques: atteindre les Y, parler aux Z

Les milléniaux volent la une, pendant qu’une nouvelle génération se fraie un chemin dans le paysage médiatique: les Z. Voici en quelques éléments ce que les marques devraient savoir pour s’ajuster à ces nouveaux influenceurs à l’aube de l’âge adulte. 

Oser le mentorat

Membres de ce qu'on appelle la génération C (pour Communication, Connexion et Créativité), les Z sont nés après 1995 et n’ont jamais connu le monde sans technologies. En ce sens, contrairement aux Y, qui ont vécu la transformation numérique, les Z semblent chercher davantage des mentors que des patrons, observe Micho Marquis-Rose, directeur, stratégie, développement et productions numériques, d'Attraction Images. «Je le remarque avec les youtubeurs plus jeunes du studio (Le Slingshot); je ne peux pas agir avec eux comme un producteur d’expérience qui donnerait ses recommandations à un scénariste. Il faut leur donner beaucoup d’attention et ne pas être trop sérieux, parce que les Z décortiquent leurs relations. Ils ne sont pas des gens d’affaires, les affaires, c’est eux!»

«les Z décortiquent leurs relations. Ils ne sont pas des gens d’affaires, les affaires, c’est eux!»
 

Compléter son cercle social

Cela dit, même si les Milléniaux ne veulent pas suivre le même modèle que leurs parents, ils sont capables de se mouler aux exigences d’un emploi. Les Z carburent plutôt à la formule du tout est possible; peu importe si la marche est haute et semble impossible, ils y vont; c’est l'impression qu’en a Micho Marquis-Rose. Par contre, les youtubeurs, qu’ils soient des Y ou des Z, complètent le même cercle social avec leurs abonnés à partir de trois mots clés en phase avec les tendances actuelles en matière de productions numériques:

1. Proximité: un cellulaire dans le creux de ta main, la portée est directe et les contenus toujours mobiles. 

2. Engagement: les échanges entre le créateur de contenu et ses abonnés sont directs. Il n’y a pas d’intermédiaire entre la personne que l’abonné regarde et celle à qui il écrit.

3. Authenticité: le youtubeur contrôle et signe tous ses contenus. 

Des intérêts de créneau, à l’image du web

Mais est-ce que les marques et les annonceurs doivent adopter des stratégies différentes pour atteindre les Y et les Z? De plus en plus, croit Micho Marquis-Rose, car les contenus changent si c’est pour un Y dans la fin vingtaine ou un Z de 18 ans. «Les Z s’adaptent et sont très lucides, ils sont à l’image du web. C’est plus difficile de capter l’attention de millions d’intérêts en même temps, tout est plus niché, ce n’est pas une génération qui va suivre un effet de masse. On va les toucher en étant plus précis, en les encadrant et en leur offrant du mentorat, encore plus qu’avec les Y, selon moi. Parce que s’il est possible de fidéliser les Y, il est très difficile de savoir si le Z sera encore là dans deux mois. Il faut donc bouger avec eux.»

--
La conférence Génération milléniaux, qui aura lieu le 26 avril, est une initiative d’Infopresse, en partenariat avec Campus Infopresse et Infopresse JobsConsultez le site web de l'événement pour plus d'information sur la programmation. 

Photo: Hannah Wei

comments powered by Disqus