La référence des professionnels
des communications et du design

Sid Lee: gérer des talents et non des ressources

Le 12 avril dernier, à la Tohu, a eu lieu la première édition de Culture Fest, événement créé par GSoft et consacré à la culture d’entreprise. À cette occasion, Martin Gauthier, président de Sid Lee, a mis cartes sur table en présentant les coulisses de son agence.

Fondée en 1993, Sid Lee n’a pas toujours été une histoire à succès selon son président, Martin Gauthier. L’agence a dû naviguer entre les bons et moins bons coups durant toutes ces années pour en arriver là où elle se situe aujourd'hui. Retour sur les moments marquants de la conférence du président de Sid Lee.

Des talents, pas des ressources humaines

Martin gauthier

Sid Lee

La culture d’entreprise passe d'abord par les employés qui y travaillent. En ce sens, il faut savoir les nommer pour ce qu’ils représentent. «Des ressources, c’est jetable. Chez Sid Lee, l'on gère des talents, ça fait beaucoup plus humain», fait remarquer Martin Gauthier.

En plus de valoriser les salariés en soulignant leurs réussites, la responsabilité revient aux gestionnaires de cultiver un environnement propice aux idées, que ce soit simplement dans le choix du mobilier, de la décoration ou de la disposition des bureaux. «Vous devez créer le terreau le plus fertile pour faire performer vos talents au maximum: sans eau, sans terre ni soleil, ça ne fonctionnera pas, note à ce sujet, Martin Gauthier, catégorique. Peu importe votre entreprise, l’environnement de travail reflète l’indice de bonheur de vos employés. Ce n’est jamais une dépense, mais un investissement que vous allez rentabiliser tôt ou tard.»

Toujours selon Martin Gauthier, les employés ne quittent pas une organisation, mais plutôt leurs gestionnaires. Alors que l’industrie est en constante évolution, les changements font partie de la réalité de tous les jours en entreprise. Les nouveaux employés réagissent quand il y a trop de changements et qu’ils ne sentent pas faire partie de l’équation. Selon le président de Sid Lee: «chaque changement se planifie, se communique. Il y a une mécanique très importante à respecter.»

Les avantages sociaux, la base

Les entreprises ont à leur disposition plusieurs moyens, autres que le salaire, leur permettant d’ajouter une valeur lorsque vient le temps d’attirer de nouveaux talents chez elles. Martin Gauthier cite l’assurance collective, le régime volontaire d’épargne-retraite, les congés de maladie payés et l’équité salariale comme la grande base que toute organisation devrait proposer. «Les talents, c’est aussi des humains, et un jour, ils seront malades. Pour ce qui est de l’équité, en 2017, chaque société devrait automatiquement l’offrir», tranche le président.

Chez Sid Lee, d’autres mesures ont été mises en place afin de satisfaire aux besoins du plus grand nombre d’employés. Alors que le télétravail offre plus de flexibilité, que le retour aux études permet de miser sur du personnel en formation continue, des politiques claires ont aussi été instaurées afin de bien réguler les heures de travail supplémentaires.

Sid Lee Collective fait partie de ces autres initiatives lancées par l’agence, permettant aux employés de travailler à des projets personnels ou collectifs de leur choix: «Il faut leur laisser de la latitude pour œuvrer à des projets qu’ils créent de toutes pièces. Leur donner de l’argent et des heures constitue un gage de confiance qui, au final, permet de les énergiser.»

Au sujet de l’importance de la transparence en entreprise, Martin Gauthier affirme qu’elle est à la base de tout et que pour bâtir une culture forte, il faut absolument l’inculquer aux nouveaux arrivants. «Il fut un temps où l'on avait une belle culture d’entreprise et qu’on l’a échappée. Il a fallu se serrer les coudes et travailler ensemble. Ça n’a pas toujours été beau ni une partie de plaisir que d’évoluer chez Sid Lee. Nous sommes partis de loin.»

comments powered by Disqus