La référence des professionnels
des communications et du design

SXSW: un panel pour réfléchir à l'engagement

Pour Jean-François Larouche, directeur du service interactif de Moment Factory, les avancées technologiques sont stimulantes, mais ne doivent pas être utilisées au détriment de la «magie» d'une expérience interactive. Retour sur le panel traitant de l'avenir de l'événementiel dans le cadre de South by Southwest.

jean-françois larouche

moment factory

Rassemblés dans le cadre d'un panel organisé par C2 Montréal et animé par Jean-François Bouchard, cofondateur de Sid Lee, Anthony Palermo de Connect & Go, Vincent Leclerc de Pixmob, Chloé Langevin de C2 Montréal et Jean-François Larouche de Moment Factory ont discuté des façons dont la créativité et les nouvelles technologies influencent l'engagement d'un auditoire. Du même coup, Jean-François Larouche en a profité pour exposer sa vision de l'avenir de l'événementiel. 

«Pour créer de l'engagement, on doit créer de la magie.»

«Pour créer de l'engagement, l'on doit créer de la magie. Pour ça, l'on a bien entendu besoin d'explorer les possibilités des plus récentes avancées technologiques. Mais notre objectif, chez Moment Factory, c'est de cacher ces technologies.» La raison? Empêcher que la foule puisse apercevoir les outils employés – pensons à des câbles ou autres projecteurs d'envergure – afin qu'elle se concentre seulement sur le résultat et sur l'immersivité de l'expérience. Au final, cela lui permet de mieux s'engager, explique Jean-François Larouche.

le panel en action

photo: Twitter @SidLee

Cette volonté d'utiliser la technologie tout en la camouflant a aussi ouvert la porte à une conversation autour des réalités virtuelle (RV) et augmentée (RA). Selon Jean-François Larouche, la première n'est peut-être pas aussi compatible que la deuxième pour tout ce qui touche aux événements conçus pour être vécus en groupe.

«La RV est une expérience solo, dans laquelle l'utilisateur est isolé dans son casque, tandis que la RA possède une dimension collective pertinente pour l'expérientiel. Avec elle, l'utilisateur reste en contact avec le monde réel, sur lequel on peut ajouter une couche virtuelle», indique Jean-François Larouche. De l'avis de l'expert, la RA devrait donc de devenir plus courante, gracieuseté de sa capacité à se fondre dans le décor.

«En mélangeant différentes technologies, l'on peut accroître l'immersivité.»

Autre avantage de la RA sur la RV: la facilité avec laquelle elle peut être jumelée à d'autres technologies dans une même expérience. «En mélangeant différentes technologies – objets connectés, projections vidéo, téléphones intelligents, etc. -, on peut accroître l'immersivité. Parce que plus l'interactivité est grande, plus l'engagement de la foule le devient.»

Même que de recourir à différentes technologies dans une même expérience permettrait de créer des souvenirs, l'objectif avoué de Moment Factory, et le résultat d'une expérience réussie vécue entre famille et amis. «Pour l'avenir, l'événementiel pourrait mettre l'accent sur la ludification, c'est-à-dire l'ajout de notions de jeu afin d'engager les gens dans l'espace public», estime Jean-François Larouche. Rendre un environnement jouable, repousser l'interface du monde réel ou bâtir des installations interactives sont quelques exemples donnés pour générer un meilleur engagement chez une foule.

«L'expérience utilisateur doit rester au centre de tout ce qu'on fait avec l'interactif.»

Finalement, le panel s'est fermé sur les sempiternels défis qui guettent toute innovation au tournant. Celui à retenir? «L'expérience utilisateur doit rester au centre de tout ce qu'on fait avec l'interactif. Avec les nouvelles technologies, c'est très facile de s'y perdre. Plus il y a d'outils disponibles, plus il devient risqué d'oublier ce que l'utilisateur a envie de vivre comme expérience. Il faut garder à l'œil la création d'expériences simples, efficaces et fluides. Ça a l'air simple, mais c'est tout à fait essentiel», conclut Jean-François Larouche.

En couverture, le panel The Future of Creation and Audience Engagement, présenté par C2 Montréal et animé par Jean-François Bouchard. Photo: A2C

comments powered by Disqus