La référence des professionnels
des communications et du design

Un volet interactif sur fond d'intelligence artificielle à SXSW

Activations de marque, intelligence artificielle, réalité virtuelle et chatbots: Pablo Stevenson, président de Ressac, partage quelques aspects marquants des trois premiers jours du volet interactif de l'événement South by Southwest (SXSW) 2017.

pablo stevenson

ressac

Si le volet interactif du festival SXSW offre un avant-goût des plus récentes tendances technologiques à surveiller, c'est aussi l'occasion, pour les annonceurs, de profiter de l'engouement d'une «faune connectée» et enthousiaste à l'idée de se frotter aux différentes expériences proposées. Et cette année, les activations de marques sont nombreuses, selon l'observation de Pablo Stevenson.

Par exemple, plusieurs annonceurs, dont McDonald's, Dell et National Geographic, y vont d'habillages complets de bars ou restaurants, indique Pablo Stevenson. Pour l'expert, une activation de marque en particulier se démarque: celle de Mazda.

«Sans être très techno, c'est une initiative qui se démarque par un opportunisme logistique très bien exécuté.»

«À Austin, les services d'Uber et de Lyft sont interdits. Il est donc parfois difficile de se déplacer dans la ville, surtout pendant un festival aussi couru. Mazda en profite en recueillant de l'information sur les festivaliers en échange d'un bracelet, qui permet d'embarquer gratuitement dans n'importe quelle voiture Mazda identifiée à cet effet. Sans être très techno, c'est une initiative qui se démarque par un opportunisme logistique très bien exécuté», estime Pablo Stevenson.

Des autres activations de marque d'envergure, Pablo Stevenson note qu'«elles proposent presque toutes une expérience en réalité virtuelle, dans laquelle l'utilisateur est invité à voyager à l'intérieur de l'univers de la marque. C'était présent dans les éditions précédentes, mais c'est très commun cette année.» Pablo Stevenson remarque toutefois que la ferveur envers la réalité virtuelle semble s'essouffler quelque peu, après avoir connu un essor important il n'y a pourtant pas si longtemps.

«L'intelligence artificielle est sur toutes les lèvres et de toutes les conférences.»

«Il y a deux ans, les files d'attente étaient monstrueuses pour essayer un casque de réalité virtuelle. La folie est moins au rendez-vous cette année.» La raison? L'intelligence artificielle, règne en nouvelle thématique reine de SXSW.

L'IA sur toutes les lèvres

«L'intelligence artificielle est sur toutes les lèvres et de toutes les conférences. Partout, toujours, c'est le sujet récurrent de l'édition 2017», mentionne Pablo Stevenson. Les marketeurs les plus allumés devraient donc porter une attention particulière à cette tendance majeure et à ses conséquences sur les «chatbots», ces fameux agents conversationnels automatisés.

«D'un point de vue marketing, le sujet des chatbots est vraiment le plus discuté.»

En effet, selon Pablo Stevenson, il est très difficile d'être à SXSW sans entendre parler du potentiel des chatbots pour l'expérience client d'une marque. «D'un point de vue marketing, le sujet des chatbots est vraiment le plus discuté, assure Pablo Stevenson. Toutes les grandes marques en font mention. De plus en plus, les entreprises souhaitent trouver une façon de s'adresser de manière directe avec les consommateurs, de façon personnalisée.»

Cette place importante accordée aux agents conversationnels pourrait même avoir des répercussions sur les entreprises d'ici, conclut-il. «La tendance vers le développement de chatbots est évidente, particulièrement de la part des grandes marques américaines. C'est une innovation technologique intimement liée à l'intelligence artificielle, histoire que le robot conversationnel soit capable de comprendre ce que l'utilisateur veut faire.»

Et compte tenu de l'expertise en IA qui se développe à Montréal, «on peut imaginer, et espérer, que cette tendance va aussi avoir un effet au Québec, sur les annonceurs et les agences d'ici.»

En couverture, une activation en réalité virtuelle de Google pour le film Wonder Woman.

Photo: Pablo Stevenson

comments powered by Disqus