La référence des professionnels
des communications et du design

Guerre aux fausses nouvelles: la France entre dans l’arène

Plusieurs médias français, dont Le Monde, emboîtent le pas des médias aux États-Unis et font front commun avec Facebook pour contrer le phénomène des fausses nouvelles sur les réseaux sociaux. 

Facebook a annoncé le 6 février qu’elle allait déployer son outil de vérification des faits en France, faisant d’elle le troisième pays après les États-Unis et l’Allemagne à mettre à l’essai son nouveau dispositif.  

L’outil passera d’abord dans les mains des utilisateurs des médias sociaux. Chaque personne pourra signaler une fausse information en cliquant sur le coin droit d’une publication. C’est après cette étape que les organismes de presse entreront en scène.

Outre Le Monde, l’Agence France-Presse, BFM-TV, France Télévisions, France Médias Monde, L’Express, Libération et 20 Minutes pourront accéder à l’outil de Facebook pour vérifier des renseignements signalés par les utilisateurs de Facebook.

Si deux de ces organisations déterminent que le contenu signalé est faux, un pictogramme s’affichera dans la publication pour aviser les utilisateurs que l’information est contestée. En cas de partage de ce contenu, une fenêtre s’ouvrira pour les alerter.

ABC News, AP, FactCheck.org, Politifact et Snopes aux États-Unis avaient commencé à utiliser un dispositif similaire en décembre dernier et celui-ci sera bientôt lancé en Allemagne avec Correctiv.

D’abord hésitants à participer à cette initiative de Facebook, notamment parce qu’ils se demandaient si cela ne revenait pas à combattre les fausses nouvelles à la place de Facebook (qui en a été le principal promoteur), les médias français ont jugé qu’il valait tout de même mieux contribuer à diminuer la circulation de telles informations et expérimenter cette nouvelle façon de faire.  

Photo: Tumisu

comments powered by Disqus