La référence des professionnels
des communications et du design

Questionner la marchandisation de la haine

À la chronique Bêtes de pub cette semaine, Arnaud Granata, éditeur d'Infopresse, et Stéphane Mailhiot, vice-président, stratégie, de Havas Canada, discutent des marques qui prennent position.

Quelle est la responsabilité des médias et de l'industrie de la publicité dans la propagation de la haine? Une question difficile à répondre, mais qui entraîne des réflexions importantes, comme celles contenues dans la lettre ouverte de Chris Bergeron. La directrice de création, expérience et contenus, de Cossette se demande entre autres si l'industrie publicitaire n'est pas un peu «le bailleur de fonds de la haine».

arnaud granata

infopresse

En laissant à un ordinateur le soin de placer automatiquement des publicités sur des sites web, il devient très – voire trop – difficile de contrôler en temps réel là où les messages atterrissent. En effet, bon nombre de sites et autres pages sur les réseaux sociaux sont hôtes de commentaires racistes et haineux, par exemple.

Comment l'industrie peut-elle réagir à cette perte de contrôle, alors qu'elle s'est toujours efforcée d'être vigilante dans les placements publicitaires classiques? Stéphane Mailhiot rappelle que les achats programmatiques ne constituent pas la seule façon de réaliser des achats médias, mais il admet que ce mode gagne bel et bien en popularité et en fréquence. Ainsi, tous ces sites sans régie pour vendre de l'espace publicitaire en viennent à faire des amalgames de sites de tout acabit, créant ainsi la perte de contrôle à laquelle on assiste.

Stéphane Mailhiot

havas canada

De plus, des annonceurs qui défendent l'ouverture sont à risque de se retrouver aux côtés de contenus en parfaite opposition avec les valeurs qu'ils revendiquent.Arnaud Granata donne en exemple la situation aux États-Unis, où une marque (Nike) s'est adressée directement à Donald Trump pour s'opposer à sa position sur l'immigration.

Aussi au programme cette semaine: retour sur l'attentat de Québec, discussion sur la une controversée de l'édition mexicaine de Vanity Fair et regard sur l'utilisation des médias sociaux par les membres de la génération X.

Retrouvez l'intégralité de la chronique «Bêtes de pub», diffusée le jeudi à l’émission Médium large de Radio-Canada Première.

comments powered by Disqus