La référence des professionnels
des communications et du design

Une série de Raphaël Ouellet dans American Photography

Le photographe, représenté par Mile Inn, partage un moment de son adolescence dans une série publiée par la publication américaine. 

C'est la troisième fois qu'un projet de Raphaël Ouellet est sélectionné par American Photography, mais la première que son travail y est publié. «C’est gratifiant pour la postérité, de se dire que dans 30 ans, quelqu’un, quelque part, pourra feuilleter le livre et voir son travail sur le même pied d’égalité que les grands de ce monde. Sinon, c’est aussi très flatteur de voir que mon travail côtoie celui d'idoles comme Peter Hapak, Chris Buck, Dan Winters, Carlos Serrao et tellement d’autres.»

«Le but était d’avoir un style très fort et très présent. De prendre position de manière autant esthétique que thématique.»
– Raphaël Ouellet

À l'adolescence, le photographe a trouvé un refuge dans la scène musicale et hardcore, inspirée des mouvements skinheads antifascistes, moment qu'il a choisi d'exploiter dans cette série qui met en scène le comédien Théodore Pellerin. «Comme dans plusieurs sphères musicales, lorsque tu creuses un peu, la politique s’intègre à l’idéologie d’un style particulier, souligne le photographe. Pour moi, à Rimouski, le hardcore se dressait en quelque sorte devant les groupes assez présents de la scène black métal qui flirtaient avec une idéologie néonazie.» 

Raphaël Ouellet a choisi de traiter des images de façon «crue et véridique». Ainsi, il a utilisé, pour toute la série, la contrainte d'une vieille lentille russe. «Le but était d’avoir un style très fort et très présent. De prendre position de manière autant esthétique que thématique. Je me suis demandé à quoi aurait ressemblé le film American History X s’il avait été tourné en couleurs!»

À noter que la série avait été réalisée pour le projet de livre Comme la fois où, de Geneviève Janelle et Marie-Ève Leclerc Dion, dans lequel 25 artistes (auteurs, scénaristes, réalisateurs, photographes) partageaient des histoires qu'ils avaient vécues par leur média de prédilection. 

 
comments powered by Disqus