La référence des professionnels
des communications et du design

Le mouvement #MeToo, personnalité de l'année du magazine Time

Cette année, le magazine Time n’a pas nommé une personnalité de l’année, mais bien, collectivement, toutes les personnes derrière le mouvement #MeToo. Le silence du harcèlement sexuel a d’abord été rompu à la suite de l’affaire Weinstein, et le monde entier est maintenant secoué par une déferlante d’accusations.

Le titre de Personnalité de l'année est décerné chaque année en décembre depuis 1927 par l'équipe du magazine. Jusqu'à 1998, le titre portait le nom d'Homme de l'année. 

La couverture de cette édition du Time présente les actrices Ashley Judd, la chanteuse Taylor Swift et Susan Fowler, ex-employée d’Uber, parmi les premières à dénoncer des abus sexuels qu'elles auraient subis. Isabel Pascual, travailleuse agricole, ainsi qu'une personne sans visage figurent également sur la une, pour que les personnes ayant participé au mouvement de manière anonyme soient aussi représentées. 

Tarana Burke, militante américaine et directrice des programmes de Girls for Gender Equity, avait lancé le premier souffle de l'initiative Me too en 2007, afin de dénoncer les violences sexuelles notamment à l'encontre des minorités visibles. 

Après les actrices Alyssa Milano, Ashley Judd, Rose McGowan et Angelina Jolie, plus d’une centaine de femmes ont accusé Harvey Weinstein d’abus sexuels, allant du harcèlement au viol. Le producteur dément ces accusations et ne fait l’objet d’aucune inculpation, même si des enquêtes criminelles ont été ouvertes à New York, à Los Angeles et à Londres.

Donald Trump, qui avait reçu la distinction l’an dernier, arrive deuxième au classement de 2017, pour avoir «changé la nature même de la présidence américaine», selon Edward Felsenthal, rédacteur en chef du magazine. Certains s'étonnent de cette nomination, le président américain ayant été lui-même soupçonné de harcèlement sexuel.

Le Québec a aussi vécu son lot de dénonciations. Dans un billet d’opinion paru le 19 octobre dernier, Pierre Gince saluait la prise de parole des victimes et l’écoute accordée par les médias. «Il m’apparaît évident que c’est la prise de parole de l’actrice américaine Alyssa Milano à Hollywood, le 15 octobre dernier, qui aura probablement eu raison des carrières d'Éric Salvail et de Gilbert Rozon…»

Dans la foulée de l’affaire Weinstein, l'animatrice Pénélope McQuade, la comédienne Salomé Corbo, l'animatrice-productrice Julie Snyder et des milliers de personnes ont pris la parole, pour ainsi faire exploser le mouvement #MoiAussi.

 

comments powered by Disqus