La référence des professionnels
des communications et du design

Un soutien «historique» pour les médias écrits du Québec

La ministre québécoise de la Culture et des Communications, Marie Montpetit, vient de présenter les précisions du plan d’action du gouvernement du Québec visant à soutenir la presse écrite pendant sa phase de transition vers le numérique. 

Comme on l'annonçait dans le Budget présenté en mars dernier, une enveloppe de 36,4 millions$ pour cinq ans sera distribuée à la presse d’information.

Cet engagement se détaille avec un octroi de 19,2 millions$ dans un programme d’aide à la transformation numérique des entreprises de la presse d'information écrite, qui devront soumettre leurs projets d’ici le 15 janvier prochain. En plus, un soutien est offert aux médias communautaires s'élevant à 5,2 millions$ et une assistance transitoire de 12 millions$ est allouée à RecycleMédias pour éponger une partie des coûts liés à la collecte sélective des journaux.

Les projets numériques présentés au gouvernement devront être structurés selon deux volets distincts. Le premier prévoit identifier les forces, faiblesses et enjeux du média pour établir un diagnostic d'entreprise, une planification stratégique ou une étude de positionnement. Le deuxième volet, lui, sera disposé à la mise en place de nouvelles approches de création et de diffusion des contenus journalistiques.

«Une offre d'information diversifiée et de qualité doit demeurer disponible pour tous les citoyens, tout en permettant à la presse d'information d’être concurrentielle. L'annonce soutiendra aussi les médias communautaires dans toutes les régions du Québec afin de favoriser une information de proximité», explique Marie Montpetit. Elle se montre également ouverte à offrir aux entreprises de presse écrite des crédits d’impôt sur la masse salariale. 

«La décroissance continue»

Le 20 novembre dernier, une lettre signée par un nombre imposant de personnalités et d’organismes sommait le gouvernement fédéral d’assurer des mesures concrètes pour soutenir la presse écrite. Les signataires y proposaient, entre autres, l'implantation à court terme de ces crédits d'impôt.

Pascale St-Onge, présidente de la Fédération nationale des communications (FNC-CSN), avait alors réitéré en conférence de presse, la disparition de 43% des emplois dans la presse écrite de 2009 à 2015, «et la décroissance continue».

Le plan d’aide de Québec constitue un premier pas encourageant, selon Pascale St-Onge. «Cependant, la crise actuelle des médias est d'une telle ampleur que cela ne sera pas suffisant. La FNC-CSN souhaite qu'il y ait d'autres annonces en 2018 lors du dépôt de la politique culturelle québécoise pour aider les médias écrits.»

Plusieurs médias ont déjà entamé un virage numérique avec succès, mais la question de la chute des revenus publicitaires causée par les géants du web demeure le cœur de l'enjeu.

comments powered by Disqus