La référence des professionnels
des communications et du design

Le Fonds de solidarité FTQ veut rendre l'épargne positive

Le Fonds de solidarité FTQ et Cartier lancent une nouvelle approche: l'épargne positive. La plateforme de contenu veut réinventer la relation entre les jeunes et l'épargne. 

Bien qu’essentielle, l’épargne est souvent perçue comme synonyme de privation par les jeunes: s’empêcher de sortir, remettre ses projets à plus tard ou couper ce fameux café par jour dont tout le monde parle. Tout ça, afin de pouvoir mettre de côté quelques dollars de plus en prévision d’éventuels projets de vie.

Par son approche d’épargne positive, le Fonds de solidarité FTQ veut célébrer les aspirations de chacun, tout en mettant en lumière l’impact plus que profitable que  procure aux Québécois.

«Il était tout naturel pour le Fonds de s’approprier le territoire de l’épargne positive, explique Catherine Guèvremont, sa directrice commercialisation, mise en marché et production. Par sa mission d’investissement dans des entreprises d’ici, par son rôle dans notre collectivité et par les résultats concrets et directs que le Reér+ offre, l’aspect positif de l’épargne au Fonds est à la fois individuel et altruiste.»

La plateforme est activée par l’entremise d’une centaine de contenus, propriétaires ou comarqués tous regroupés sur le site web de l’épargne positive et cible différents segments chez les moins de 40 ans. Cette transformation communicationnelle a pour objectif de passer un message de marque unique diffusé par un média de masse à une approche centrée sur l’utilisateur. 

«Il existe un réel intérêt pour les finances personnelles au Québec, mais trop peu d’offres centrées sur les réels besoins des consommateurs et communiquées de façon accessible, estime Jean-Sébastien Martel, stratège de contenu de Cartier. Il devenait donc crucial pour le Fonds d’adopter une approche affinitaire, focalisée sur les intérêts des différents segments cibles. Être utile tout en étant divertissant, livrer la bonne pièce de contenu au bon moment et aller au-delà du traditionnel message d’épargne qui flirte avec le paternalisme.»

Le Défi de l’épargne positive, première prise de parole de la plateforme, a eu lieu lors de l’émission L’indice McSween. À cela s'est ajoutée une série de capsules infographiques diffusée pendant la saison automnale de 13 épisodes afin d’encourager les Québécois à adopter des gestes qui pourraient leur faire épargner plus de 2000$ en une année.

En plus de cette initiative avec Télé-Québec, d’autres partenariats de contenu sont prévus avec Urbania, Vice, Vrak, Québecor et La Presse dans les prochaines semaines.

Une campagne en continu a aussi été déployée à la mi-décembre sur le web en vidéos et en bannières afin de faire connaître les différentes facettes de l’épargne positive.

 

Annonceur: Fonds de solidarité FTQ — Natty Dussault, Rachèle Robert, Émilie Castonguay, David Himbert, Catherine Guèvremont, Ariane Laverdure
Agence: Cartier
Photographie de la campagne: Shoot Studio
Montage des vidéos de la campagne: El Toro
Musique des vidéos de la campagne: Studios Apollo
Production vidéo du Défi de l’épargne positive: Champagne Club Sandwich
Musique du Défi de l’épargne positive: Cult Nation
Illustrations: Delphine Dussoubs
Site web: Tink