La référence des professionnels
des communications et du design

La stratégie bruyante de Caroline Néron

Une vidéo promotionnelle pour les chandelles parfumées de Caroline Néron a suscité beaucoup de réactions dans les médias. Mais bien au-delà de la flatulence, l’entreprise a trouvé un créneau inexploité dans l’industrie du luxe. 

À l’occasion du Cyberlundi, Caroline Néron a publié sur ses comptes Facebook et Instagram une vidéo dans laquelle elle laisse échapper une bruyante flatulence, pour illustrer le pouvoir de la bougie parfumée vanillée proposée par sa marque.

La vidéo casse avec l’image léchée et presque en surbrillance que présente généralement l’industrie du luxe. Rares sont les femmes qui se montrent dans une position de certaine vulnérabilité dans ce genre d’entreprise. «Oui, l'on aime les belles choses, mais on se laisse aussi aller», soutient Julie Ménard, directrice du marketing de Caroline Néron.

«Ça fait un certain temps que Caroline Néron utilise l’humour pour promouvoir ses produits. Et elle n’a jamais eu peur du ridicule.» Les résultats sont concrets tant sur le plan des abonnées que des ventes, selon Julie Ménard. Et la viralité de la vidéo est indéniable. 

Le slogan Glamour à l’esprit bohème «est calqué sur Caroline Néron, qui aime la mode et la haute couture, mais possède aussi un côté artiste libéré». Ces capsules humoristiques seraient donc en harmonie avec l’image que désire projeter l’entreprise.

Mathieu Bédard, président de l’agence Camden, a soulevé un problème d’inégalité du ton employé par la marque, dans une entrevue à TVA Nouvelles, mardi. «Caroline Néron adopte un ton très sérieux quand elle présente ses bijoux, alors qu’elle tourne les choses en dérision quand vient le temps de vendre ses chandelles.» Il ajoute cependant que l’humour constitue un procédé souvent efficace quant au rendement. 

Caroline Néron demeure un personnage présent depuis longtemps dans l’univers médiatique. «Les gens attendent impatiemment nos capsules. Ceux qui la connaissent ou qui suivent son travail sont habitués de la voir plaisanter», conclut Julie Ménard.